Buisson-de-Cadouin (Le)

2 200 hab. (Buissonnais ou parfois Caduniens), 5 037 ha dont 3 266 ha de bois, chef-lieu de canton de la Dordogne dans l’arrondissement de Bergerac, 38 km à l’est de la ville, sur la rive gauche de la Dordogne avant le confluent de la Vézère, au bord du pays de Belvès. Elle fut Le Buisson-Cussac par fusion avec Cussac en 1960, et a pris son nouveau nom en absorbant en 1973 les communes de Cadouin, Paleyrac et Urval; mais cette dernière a repris son indépendance dès 1989. Sept des huit communes forment une communauté de communes de Cadouin (3 600 hab.), dont le siège est au chef-lieu.

La bourgade, située sur une petite plaine alluviale de rive gauche de la Dordogne, est une «station verte de vacances» avec plages, vieilles maisons, musée du vélocipède; transports Malaurie (55 sal.). Le finage atteint au sud la limite cantonale et divise ainsi le canton en trois parties. Paleyrac apparaît comme un gros hameau sur le plateau au sud-est. À 6 km SO du bourg sur le plateau, mais dans la commune, le hameau et l’ancienne abbaye de Cadouin conservent au fond d'un vallon une église du 12e s., un cloître du 15e s.; musée d’art religieux. Un peu au NO, au hameau de Cussac, dont l'intégration a permis à la commune d'avoir une deuxième fenêtre sur la Dordogne au cingle méridional de Trémolat, a été découverte en septembre 2000 une magnifique grotte-galerie de gravures préhistoriques, environ 200 figures sur 1 000 m, datées d’environ 25 000 ans, soit entre Lascaux et Chauvet.

Le canton a 3 800 hab. (3 600 en 1999), 8 communes, 12 749 ha dont 5 743 de bois et s’étend surtout au sud de la Dordogne, sur le plateau qui porte la forêt de Bessède; celle-ci, de chênes (parfois truffiers), pins et châtaigniers, est assez discontinue et compte peu de futaies. La limite nord du canton suit la rive gauche de la rivière jusqu’aux abords de Lalinde. Alles-sur-Dordogne (340 hab., 941 ha dont 228 de bois) est au nord-ouest du chef-lieu et occupe tout le lobe de méandre en aval du Buisson, y compris la petite île de la Terle à l'ouest. Calès (370 hab., 802 ha) occupe la totalité du lobe de méandre suivant, devant Trémolat. Le village est juché au sud sur le plateau et les hameaux se pressent en contrebas autour des Monzias et des «ports» face à Trémolat et Mauzac; un barrage et un moulin sont en aval, juste sous le village.

Badefols-sur-Dordogne (210 Badefolois, 606 ha dont 249 de bois) est bord de la rivière, 10 km à l'ouest du chef-lieu et à 5 km à l’est de Lalinde, et s'orne des ruines de son château perché; cabanes en pierres sèches. Pontours (210 Pontourois, 669 ha dont 278 de bois) est 3 km plus loin également sur la rivière mais dispose d'une petite plaine alluviale; sur le plateau se tient le gros hameau de la Mothe au sud-ouest.

Molières (320 Molérois, 2 122 ha) est une commune de plateau, sans accès à la Dordogne. Son village est une belle petite bastide au plan quadrillé, avec un musée de la noix; manoir du Sautet (17e-18e s.) au sud, restes castraux (13e s.); l'habitat se disperse alentour, maiis la périphérie du finage est très boisée, ou du moins broussailleuse puisque curieusement la statistique ne lui accorde que 18 ha de bois alors que la forêt doit y occuper plus de 1 000 ha.

Bouillac (120 hab., 1 234 ha dont 716 de bois) est un peu à part au sud-est du canton, car elle est à 16 km au sud du chef-lieu, et dans la vallée de la Couze, qui s'en échappe vers l'ouest, et son fiinage s'étend à la fois au nord et au sud. Urval (160 Urvalais, 1 338 ha dont 838 de bois) est à 6 km au SE du chef-lieu, dans le vallon du Peyrat qui débouche sur la Dordogne, au sein d’un terrain très accidenté. L'extension de la commune de Siorac-en-Périgord le long de la Dordogne empêche Urval d'avoir accès à la rivière; château de la Bourlie au sud-est (15e et 18e-19e s.), de la Poujade (18e-19e s.) au nord sur le coteau.

La grotte de Cussac

Cussac

C'est en septembre 2000 que Marc Delluc, curieux de spéléologie, découvrit la grotte ornée de Cussac, aussitôt déclarée, classée et protégée. Plus d'une centaine de gravures représentent mammouths, rhinocéros, cervidés, et surtout bisons et chevaux; plus des silhouettes féminines et des organes sexuels; des ossements ont également été trouvés. L'âge de ces témoignages est estimé aux alentours de 25 000 ans et leur forme serait proche de ceux de Pech-Merle dans le Lot. La galerie mesurerait au total 17 km, mais les gravures sont peu dispersées. Elle ne devrait pas être ouverte au public.