Buzançais

4 600 hab. (Buzancéens), 5 864 ha dont 1 409 de bois, chef-lieu de canton de l'Indre dans l'arrondissement de Châteauroux, 25 km ONO de la préfecture sur la rive droite de l'Indre. Buzançais, «station verte de vacances» et «village fleuri» (3 fleurs), est une ancienne place forte et en a conservé quelques restes; pavillon des Ducs (16e s.), chapelle du 12e s. C'est aussi un bourg bien équipé sur la route de Tours à Châteauroux (N 143), doté d'un collège public et un collège privé, un hôpital local (5 lits), une maison de retraite. Dans les commerces ressortent les supermarchés Carrefour (45 sal.) et Intermarché (40 sal.), un négoce de matériel agricole (R. Moreau, 30 sal.) et un de quincaillerie (Guyon et Blanchet, 25 sal.).

Trois zones d'activité y ont été aménagées; elles accueillent des ateliers d'équipements et citernes pour gaz liquides (Siraga, 120 sal., à un groupe allemand), de traitement de surfaces Chimicolor (35 sal.) et GMC (Beaujoint, Galvanoplastie Moderne, 35 sal.), de produits réfractaires (IFB, 40 sal.); confection Mapelco (45 sal.).), menuiserie Deniot (25 sal.); ingénierie Vectra (30 sal.). La fermeture brutale de l'usine Berry-Tapis du groupe belge De Clerck (180 sal.) en 2005 a été partiellement compensée par le transfert, dans ses locaux, de la fabrique de cheminées industrielles Poujoulat de Saint-Genou (Beirens, 150 sal.). La population communale a oscillé entre 5 200 hab. autour de 1870 comme autour de 1970, et 4 100 dans les années 1930; elle diminue depuis 1975.

Buzançais semble avoir jadis été célèbre pour ses fabrications de cornemuses, qui ont inspiré à Rabelais ses célèbres variations: «Dict oultre que serez la cornemuse de Buzançais, c'est-à-dire bien corné, cornard et cornu. Et ainsi comme il voulant au roy Loys douzième demander pour un sien frère le contrerolle du sel à Buzançay, demanda une Cornemuse: vous pareillement, cuydant quelque femme de bien & d'honneur espouser, espouserez une femme vuyde de prudence, pleine de vent d'oultrecuydance, criarde & mal plaisante, comme une cornemuse.» (Tiers Livre, chap. 46).

Le canton a 12 000 hab. (11 500 hab. en 1999), 11 communes et 43 869 ha dont 12 512 de bois. Toute la moitié sud se situe dans le parc de la Brenne, autour de la forêt de Lancosme; le château de Lancosme, qui est dans la grande commune de Vendœuvres (1 100 hab., 9 645 ha dont 5 319 de bois), y abrita une école d'agriculture privée assez réputée, réorientée maintenant vers l'accueil d'entreprises. Vendœuvres est au bord de la Claise et son finage comporte de nombreux étangs dont le plus étendu est l'étang Gaby (53 ha), au sud près du château Robert; distribution vidéo Arcades (45 sal.), sablières (Lavaux, 25 sal.). La commune a eu 2 200 hab. en 1881; sa population est restée stable dans les années 1980 et 1990 mais a gagné 70 hab. de 1999 à 2006. Au sud-est du canton, à 16 km SSE de Buzançais et 12 km ESE de Vendœuvres, Neuillay-les-Bois (650 Novelliens, 4 763 ha dont 1 554 de bois) a de nombreux étangs, les bois d'Ars et Robert et le château de Bois Robert (19e s.); la Claise y a sa source. La commune a gagné 80 habitants de 1999 à 2007.

L'autre moitié du canton se tient de part et d'autre de la vallée de l'Indre. Saint-Lactencin (400 hab., 3 220 ha dont 632 de bois), 6 km ENE de Buzançais, qui fut nommée Plaines Libres sous la Révolution, a un grand hippodrome et les châteaux de la Brosse (18e s.), Marécreux et Filloux (19e s.); la commune a gagné 40 hab. de 1999 à 2004. À 5 km au nord de Buzançais, Argy (630 Argyciens, 3 889 ha dont 361 de bois) a une gare classée de l'ancien Le Blanc-Argent et un château des 14e et 16e s., mi-féodal mi-renaissance; négoce agricole (Villemont, 45 sal.), centre d'aide par le travail; la commune a eu jusqu'à 1 600 hab. au 19e s.

À 8 km au NO de Buzançais au bord de l'Indre, Saint-Genou (1 000 Génulphiens, 2 441 ha dont 296 de bois), qui avait 1 500 hab. vers 1950, se signale par une ancienne abbaye bénédictine dont il reste une église et une lanterne des morts, toutes deux du 12e s. et classées, ainsi qu'un musée de la porcelaine, jadis produite sur place; l'ancienne fabrique, intégrée au groupe CNP de Vierzon (Compagnie nationale de porcelaine) puis reprise par la Compagnie française du cristal a fini par disparaître; l'usine de cheminées Beirens (groupe Poujoulat) a été transférée à Buzançais. Un parc éolien programmé à Saint-Genou pour le groupe Volkswind (6 éoliennes Vestas de 100 m de haut, 12 MW, 25 GWh/an) s'est heurté à de fortes oppositions mais a été construit en 2009, et acquis par la firme Ikea.

Chezelles (400 hab., 1 732 ha) est à l'angle oriental du canton à 14 km de Buzançais; le réputé domaine apicole de Chezelles emploie une trentaine de personnes. Un peu plus au sud à 12 km ESE de Buzançais sur l'Indre est Villedieu-sur-Indre, déjà dans l'aire urbaine de Châteauroux.