Cabourg

4 100 hab. (Cabourgeais), 554 ha, chef-lieu de canton du Calvados dans l’arrondissement de Caen, à 24 km NE de Caen sur le littoral au débouché de la Dives. La station balnéaire, au plan semi-radioconcentrique très régulier, a été dessinée par Paul Leroux et ouverte en 1855, autour du Casino et du Grand Hôtel, à l’initiative de deux entrepreneurs parisiens. Le développement a d’abord été incertain, la voie ferrée directe de Paris n’atteignant Dives, de l’autre côté du fleuve, qu’en 1884. Reprise par Charles Bertrand en 1892, la cité balnéaire reçut alors une forte impulsion et profita pleinement de la Belle Époque. Elle servit de modèle à Marcel Proust pour sa Balbec. Puis elle végéta après la mort de son promoteur en 1927, avant d’être relancée par l’entrepreneur de spectacles Bruno Coquatrix à partir de 1971.

Très fréquentée, Cabourg dispose d’un casino (70 sal., groupe Partouche, 117e en France), d’un hippodrome et d’un golf — un autre golf est juste à côté au Hôme-Varaville; le Grand Hôtel (Mercure, 70 chambres) emploie plus de 90 personnes en deux établissements. Il se tient à Cabourg en été de nombreuses manifestations: Epona (films équestres), théâtre universitaire, imagerie sous-marine, film romantique… La ville est classée à haut niveau parmi les villages fleuris (4 fleurs); on y trouve un collège, une maison de retraite (Séréniales, 35 sal.), et plus de 8 000 résidences secondaires formant plus de 80% du parc de logements; trois campings, tous à trois étoiles (270 places), dix hôtels (300 chambres) dont un de luxe.

Hors du tourisme et de l’immobilier les principales entreprises sont un chantier naval (Cabourg-Marine ACM, 60 sal.) et la cartonnerie Otor (50 sal.); aides à domicile Viadom (40 sal.), supermarché Carrefour (20 sal.). La population était de 250 hab. au début du 19e siècle, 1 000 en 1881, 2 000 en 1926, 3 000 dans les années 1960 et croît encore: elle a augmenté de 500 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton de Cabourg a 20 900 hab. (20 200 en 1999), 13 communes, 9 489 ha; il s’étend de l’estuaire de la Dives aux portes de Caen, et sa limite occidentale s’appuie sur le cours de l’Orne. À l’ouest de Cabourg, la station balnéaire du Hôme-Varaville dépend de la commune de Varaville (810 Varavillais, 1 649 ha), dont le bourg est à 4 km de la mer au bord de la plaine humide de la Divette, et exploita jadis des salines; elle a plus d'un millier de résidences secondaires (71% des logements), mais ni hôtel ni camping.

Plus au sud (8 km SSO de Cabourg), Bavent (1 790 Baventais, 1 845 ha dont 249 de bois) étend son territoire dans les prairies humides de la Dives et de la Divette et sur les basses collines qui les dominent; château de Béneauville (16e-18e s., jardins), tuilerie moderne du groupe Lambert (90 sal.), chaudronnerie navale de la Grande Bruyère (85 sal.), pépinières, un camping (95 places). Bavent a intégré en 1974 la petite commune de Robehomme, et a gagné 50 hab. de 1999 à 2008.

Sur la côte, 6 km à l’ouest de Cabourg, près de l’embouchure de l’Orne, Merville-Franceville-Plage (1 900 Mervillais-Francevillais, 1 042 ha) associe un ancien village intérieur à une station balnéaire créée dans les années 1900, Franceville; elle a 1 600 résidences secondaires, des plages (dont une naturiste) et un port de plaisance de 180 mouillages dont 60 à flot, une ancienne redoute avec musée de la bataille de juin 1944, un collège public. La population de la commune était de 250 hab. avant 1914; elle augmente lentement depuis 1920 et a encore gagné 360 hab. de 1999 à 2008 (+23%). La commune enregistre 1 600 résidences secondaires, sept campings (830 places) dont deux de luxe, deux petits hôtels. Elle est le siège de la communauté de communes Cabalor (Campagne et Baie de l’Orne), qui réunit 9 membres (9 000 hab.).

À côté, le village de Sallenelles (280 Sallenellais, 125 ha), à 9 km OSO de Cabourg, est au bord des marais de l’Orne, ce qui lui vaut un musée-maison de la nature. Un peu au sud, Amfreville (1 210 Amfrevillais, 606 ha) poursuit une croissance entamée après 1970 (440 hab.) et a gagné 140 hab. entre 1999 et 2008.

En amont près de l’Orne, Ranville (1 720 Ranvillais, 842 ha), à 13 km SO de Cabourg et 10 km NE de Caen, a une usine de ciments du groupe Calcia (100 sal.) et quelques petites entreprises dont un négoce d'appâts (25 sal.). La commune fut libérée dès le 6 juin 1944 grâce à la prise du pont qui la relie à Bénouville. Sa population a progressé de 1968 (880 hab.) à 1999, mais a perdu 200 hab. entre 1999 et 2008. Tout près de Caen, se trouve Colombelles.