Callac

2 400 hab. (Callacois), 3 303 ha, chef-lieu de canton des Côtes-d'Armor dans l'arrondissement de Guingamp, 28 km au SO de la ville sur la route de Carhaix, dans la vallée de l'Hyère; Kallag en breton. Le bourg, ancienne ville close et «station verte de vacances», est le centre d'un pays d'élevage, avec marché aux veaux et abattage de bovins et de porcins, des haras et une spécialité originale depuis un siècle, l'élevage de l'épagneul breton; plus la pisciculture associée à la protection de la loutre. Callac a un commerce de machines agricoles (Touboulic, 35 sal.), un Intermarché (30 sal.), quelques petites entreprises dont une tannerie et une champignonnière; un centre médico-psychiatrique, un collège public; site de loisirs, gare sur la voie de Guingamp à Carhaix. La population diminue encore depuis les 3 600 hab. de 1906; elle dépassait encore 3 000 hab. en 1975. Callac est le siège de la communauté de communes de Callac-Argoat, qui correspond au canton.

Le canton, limitrophe du Finistère, a 6 300 hab. (6 400 en 1999), 11 communes, 29 414 ha dont 1 730 de bois; il est au cœur d'une des parties les plus pauvres et dépeuplées de la Bretagne. Au NE, Bulat-Pestivien (480 Bulatois, 3 123 ha) se signale par d'intéressantes chapelles, croix et fontaines et a eu un grand pardon; musée du granite et des tailleurs de pierre; elle figure pour cela comme «commune du patrimoine rural de Bretagne»; elle est très dépeuplée: elle abritait plus de 1 700 hab. en 1886; toutefois, elle a regagné 40 hab. après 1999. Maël-Pestivien (410 hab., 3 129 ha), 13 km à l'est de Callac, a depuis 2007 un parc de 7 éoliennes Enercon de 48 m (6,3 MW, 15 GWh) au nord-est à Kerlan. Le finage s'étire vers le nord-est jusqu'au cours supérieur du Léguer; il touche ainsi à l'étang du Blavet et englobe le village de Kerbalen; la commune a perdu une quarn-antaine d'habitants après 1999.

Calanhel (260 hab., 1 432 ha), 7 km au NO de Callac, Kalanel en breton, a donné son nom à un petit pays traditionnel de Cornouaille, qui inclut Callac et se distingue par une forme particulière de danse. La commune a accueilli en 2009 un parc de 11 éoliennes Gamesa de 58 m (9,4 MW, 23 GWh) à la Lande du Vieux Pavé à la limite occidentale du finage; il est partagé avec Lohuec (280 Lohuécois, 1 718 ha) dont le bourg, 5 km au NO de Calanhel, est au bord de l’Aulne, qui prend sa source dans la commune; Lohuec avait encore 1 100 hab. entre 1900 et 1920, 680 en 1950; le finage atteint au nord l'orée de la forêt de Beffou. À l’ouest de Callac, Plourac’h (360 Plouracois, 3 215 ha) a une église gothique-renaissance avec porche très travaillé, parfois considérée comme la plus belle de l’Arcoat; la commune avait plus de 1 600 hab. en 1911.

Plus au sud à Carnoët (760 hab., 4 206 ha), 9 km SO de Callac, dont le nom évoque une roche et les bois, fabriques d'aliments du bétail Vitalac (60 sal.) et du moulin d’Hyères (25 sal.), transports Transal (25 sal.). Au SE de Callac à Saint-Servais (410 Servaisiens, 2 804 ha dont 512 de bois) se trouve la forêt dite de Duault, abondante en mégalithes et qui se termine au sud par le site apprécié des gorges du Corong, où un petit affluent de l'Hyère se perd dans un chaos de rochers granitiques. La commune a reçu en 2007 un parc de 7 éoliennes Enercon de 48 m, au total 5,6 MW et 14 GWh.

Duault (350 Duaultois, 2 159 ha), 6 km au sud de Callac, a un nom (Duaod en breton) qui évoque une hauteur noire; son territoire va de l'orée de la forêt de Duault à l'est à la vallée de l'Hyère à l'ouest; ancien moulin et chapelle du Pénity sur l'Hyère, château de Rosviliou, du 17e s., près de la forêt; la population était de1 300 hab. au début du 20e siècle, 790 en 1962. Le «bassin» de Callac-Corlay prolonge celui de Châteaulin à la faveur du même affleurement de schistes tendres, mais ici beaucoup plus étroit, qualifié localement de «plaine».L a population de la plupart de ces communes est restée stable entre 1999 et 2008.