Camargue (la)

contrée amphibie formée par les atterrissements alluviaux du delta du Rhône, dotée d'un parc naturel régional et située en Provence. La Petite Camargue, dans la définition restreinte qu'en donne l'Institut géographique national, est un petit triangle de la Camargue à l'ouest du Petit Rhône, entre celui-ci, la mer et le canal de Saint-Jean prolongé par celui de Sylvéréal. Cela n'est pas conforme à la représentation locale. Par tradition, et sans doute aussi pour le prestige, l'idée de Camargue et spécialement de Petite Camargue y est volontiers étendue à l'ensemble des terres basses et inondables du sud du département du Gard, qui ont les mêmes caractères et les mêmes usages que le reste de la Camargue: des sansouires (terrains salés à touffes de salicornes) et des roselières, des étangs, du sel, des élevages de chevaux et des manades de taureaux, une culture de la chasse aux oiseaux sauvages et de la fête taurine. C'est incontestablement le cas des grandes surfaces marécageuses des finages du Grau-du-Roi, d'Aigues-Mortes et de Saint-Laurent-d'Aigouze, et de la partie méridionale des finages de Vauvert et de Saint-Gilles autour des grands étangs du Charnier et de Salamandre. Il en est de même sur la rive droite du Rhône et du Petit Rhône à Fourques et Bellegarde, et plus à l'ouest dans les finages du Cailar et même de Marsillargues vers l'étang de l'Or. On peut ainsi considérer que, de l'étang de l'Or à Beaucaire, le canal de Sète au Rhône est constamment en terre camarguaise.

Les autorités de l'Environnement reconnaissent une «Petite Camargue gardoise» composée d'une zone laguno-marine (eaux saumâtres et salées) de 5 000 ha et une zone fluvio-lacustre (eaux peu salées) de 3 500 ha «délimité au nord par les Costières et au sud par les anciens cordons littoraux». Un texte du Parc de Camargue(http://museum.agropolis.fr/pages/savoirs/camargue/vianet.pdf), qui comporte une erreur manifeste dans la définition de la Petite Camargue au sens strict, décrit une «Camargue gardoise» «couvrant 27 600 ha à l'ouest du Petit Rhône». Il existe un Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise (SMCG), créé en 1993 et logé à l'hôtel du département de Nîmes, qui dispose au bord de l'étang du Scamandre d'un parc de 215 ha avec centre d'étude et d'exposition, et qui organise des visites guidées. Il est présidé par Jean Denat, conseiller général du canton de Vauvert. La Camargue gardoise dont il a la charge s'étend sur 8 communes, totalisant 45 400 hab. et 44 100 ha dont 30 000 de zones humides (http://www.camarguegardoise.com).

Trois intercommunalités de la région Languedoc-Roussillon portent le nom de la Camargue: la communauté de communes Petite Camargue (Vauvert, 5 communes, 23 400 hab.) et la communauté de communes Terre de Camargue (Aigues-Mortes, 3 communes, 19 000 hab.); le pays de Vidourle-Camargue, qui est un pays officiel du département du Gard, réunissant 4 intercommunalités, 34 communes, 80 000 hab., et dont le siège est à Vauvert.