Cannet-des-Maures (Le)

3 700 hab. (Cannetois) dont 320 à part, 7 364 ha dont 3 800 de bois, commune du département du Var dans le canton du Luc. La commune s'est appelée Le Cannet, puis Le Cannet-du-Luc, et a adopté son nouveau nom en 1927. Elle n'avait alors pas 900 hab. Sa population n'a pas cessé d'augmenter depuis et a gagné 420 hab. de 1999 à 2007. Le centre villageois est à 3 km à l'est du Luc et leurs urbanisations se rejoignent. Il est lui-même double, avec un vieux village perché et une église du 11e s., et une petite ville moderne au pied orné d'un parc de cèdres. Le Vieux Cannet, juché sur la côte, conserve une église et quelques restes anciens, dont ceux d'un château fort du 11e s. Le Cannet a une gare et, juste à l'est, l'autoroute A 57 y rejoint l'A 8, engagée dans la dépression périphérique des Maures; horticulture Meilland (30 sal.), base d'autoroutes de l'Escota (220 sal.); 653 ha de vignes et cave coopérative. Le territoire communal va au nord-est jusqu'à la vallée de l'Argens près de sa perte, et s'étire loin au sud-est à travers la large plaine et sur les premières pentes des Maures, où il atteint 624 m non loin de La Garde-Freinet; traces d'un oppidum préromain, d'un site castral et d'un prieuré bénédictin à Saint-Daumas sur ce relief, dont le vallon descend vers l'Aille. Le lac des Escarcets (14 ha) a été aménagé par le Conservatoire du Littoral dans le vallon de Saint-Daumas. Un château des 18e-19e s. s'isole au Bouillidou près du Rieutort, petit affluent de l'Aille qui vient du Luc; un pont médiéval en dos d'âne (15e s.) est jeté sur l'Aille dans la plaine, un autre sur le Rieutort. L'aérodrome du Luc-Le Cannet est situé dans la plaine et doté de deux pistes bitumées de 1 400 et 800 m avec une base de l'EA-Alat (École d'application de l'Aviation légère de l'armée de Terre), repliée d'Algérie en 1963, et un centre d'entraînement au parachutisme.