Carhaix-Plouguer

8 200 hab. (Carhaisiens) dont 380 à part, 2 581 ha, chef-lieu de canton du Finistère dans l'arrondissement de Châteaulin, 50 km ENE de Châteaulin, très près de la limite des Côtes-d'Armor; Karaez-Plougêr en breton. C'est une très ancienne place de la Bretagne intérieure, qui fut le chef-lieu des Osismes et que les Romains avaient placée au centre d'une étoile de voies, l'équipant même d'un aqueduc de 30 km. Le nom Carhaix vient d'ailleurs de Caer, lieu fortifié, dérivé de castrum; et même Plouguer était Plou Caer. Selon A.J. Raude, il s'agissait de Castrum Accessus, le fort de l'entrée, qui a donné en breton Kaer Ac'hes.

Plus tard Carhaix s'est affirmé comme un marché réputé: «à la foire de Carhaix» est devenu une expression populaire pour désigner un lieu où l'on trouve tout. Toutefois, le découpage des départements la marginalisa quelque peu en la plaçant dans l'angle mort des plus grandes villes et en attribuant la plus grande partie de sa zone d'attraction aux Côtes-d'Armor. Elle se trouva pourtant, ou à cause de cela, dotée entre 1891 et 1923 d'une étoile de voies ferrées métriques qui renouvela cette fonction commerciale et qui ne fut abandonnée qu'en 1967.

Le bourg domine la vallée de l'Hyère, affluent de gauche de l'Aulne, qu'emprunte un peu en aval le canal de Nantes à Brest. Ses activités sont diversifiées: elle a un centre hospitalier (136 lits), des collèges et lycées publics et privésL'industrie est active:une grosse fromagerie-beurrerie Entremont Alliance (250 sal.), ex-Unicopa et qui fournit notamment 8% de l’emmental français; des ateliers alimentaires tels les abattoirs de volailles Robin (50 sal.), Savel (40 sal.) et de viandes de boucherie SMV (55 sal.), mais la conserverie de légumes Boutet-Nicolas du groupe Cecab (40 sal.) a fermé en 2007. Carhaix a aussi une cartonnerie (Otor-Menijault, 200 sal.), une fabrique de palettes et emballages de bois (Aprobois, 75 sal.), une fabrique de Bétons du Poher (40 sal.); constructions métalliques Rest (25 sal.), maçonnerie Constructions du Poher (25 sal.), installations électriques Kervéadou (25 sal.), travaux publics Rohou (50 sal.).

Dans le commerce, distribution pharmaceutique OCP (55 sal.), hypermarché Leclerc (120 sal.), Intermarché (45 sal.), Casino (20 sal.), un magasin MrBricolage (25 sal.); ingénierie Quenea (30 sal.), analyses médicales Annmarch (30 sal.); nettoyage Poher Propreté (100 sal.). La CFTA (Chemins de fer et transports automobiles) assure le transport de voyageurs par fer (70 sal.) et autocars (40 sal.), ainsi que de fret (40 sal.) en utilisant une plate-forme logistique et la voie ferrée maintenue vers Guingamp et on y recycle même des cartouches d’imprimantes. La N 164 de Rennes à Châteaulin, portée à quatre voies, passe au sud du bourg.

Le festival musical des Vieilles Charrues, dont le nom a été choisi en parodie du festival des vieux gréements de Brest, et qui a fêté sa dixième édition en 2001, est très fréquenté et passe même pour le premier festival rock de France; maison du Patrimoine, festivals de théâtre amateur et du livre, centre culturel. Carhaix a absorbé Plouguer en 1956, portant sa population de 4 000 à 6 000 hab.; la croissance s'est poursuivie jusqu'en 1982 (8 600 hab. sdc) puis la commune a perdu 950 hab. de 1982 à 1999, avant d'en regagner 140 de 1999 à 2008. La communauté de communes du Poher compte 8 communes et 14 600 hab. sur 24 100 ha et siège à Carhaix; elle ne correspond qu’imparfaitement au canton, Spézet étant dans la communauté de Châteauneuf, tandis que Le Moustoir (Côtes-d’Armor) adhère à celle du Poher.

Le canton, de population stabilisée, a 15 500 hab. (15 200 en 1999) dans 8 communes, 28 789 ha dont 2 763 de bois. Allongé du sud au nord, il est limitrophe des Côtes-d’Armor et du Morbihan; il est bordé à l’ouest et au nord par la vallée de l’Aulne; au sud, il s’appuie sur les Montagnes Noires, montant à 318 m au Toullaëron; au nord, il atteint la forêt de Fréau dans la grande commune de Poullaouen (1 440 Poullaouenais, 7 136 ha dont 972 de bois), assez proche du Huelgoat et où se trouvent grâce à l’Aulne une usine de conserve de saumon fumé et tranché du groupe norvégien Marine Harvest Kritsen (ex-Panfish, 210 sal.), et un golf; le nom vient de saint Laouan; la commune avait 3 600 hab. en 1911 et se dépeuple encore un peu (- 110 hab. entre 1999 et 2008).

Proche de Carhaix, juste au NO, Plounévézel (1 150 hab., 2 442 ha), «villeneuve», Plonevell en breton, abrite une coopérative d’insémination (150 sal.) et sa population augmente depuis 1968 (660 hab.), par desserrement de Carhaix. À 10 km SO de Carhaix, Cléden-Poher (1 100 Clédinois, 2 981 ha) est réputé pour son bel enclos paroissial avec un calvaire en kersanton de 1575, et accueille une usines de volailles Glon-Volailles du Poher (85 sal.) et les Transports de Surgelés de l’Ouest (95 sal.); Cléden est le nom d’un saint.

Au SO encore, Spézet (1 900 Spézétois, 6 067 ha dont 572 de bois), Spezed en breton, à l’origine Spethut, qui serait le nom de la groseille en breton, s’étend largement sur le plateau que domine au sud le Toullaëron, et elle est connue pour la belle chapelle de Notre-Dame du Crann (vitraux, pardon avec offrande de beurre) et le jardin botanique des Montagnes Noires; deux éditeurs s’y sont installés dont Coop Breizh (25 sal.), ainsi que plusieurs petits ateliers; la commune a eu plus de 4 000 hab. en 1911, encore 3 000 en 1950, et continuait de décliner mais sa population semble s’être stabilisée entre 1999 et 2004.

Kergloff (940 780 Kergloffistes, 2 494 ha dont 199 de bois) à l’ouest de Carhaix, Saint-Hernin (790 Saint-Herninois, 2 929 ha dont 504 de bois) et Motreff (740 Motreffois, 2 159 ha) au sud, ont des finages qui montent jusqu’aux Montagnes Noires; la population totale de Kergloff a crû de 160 hab. entre 1999 et 2008, celle de Motreff de 50 hab., celle de Saint-Hernin d'une vingtaine seulement; bel enclos paroissial à Saint-Hernin, qui a aussi une conserverie de poisson (Youinou, 65 sal.) et un Couvoir Saint-François (30 sal.). Ces trois communes s’étaient fort dépeuplées au 20e siècle: Motreff avait plus de 1 500 hab. vers 1900, Kergloff 1 400, Saint-Hernin 1 900.