Carignan

3 220 hab. (Yvoisiens), 1 401 ha, chef-lieu de canton du département des Ardennes dans l’arrondissement de Sedan, 22 km ESE de celle-ci, sur la rive droite de la Chiers. Elle s’appela Yvois jusqu’au 17e s., nom issu d’un latin Epoissium, et son pays fut érigé en duché par Louis XIV pour la branche Savoie de sa famille, d’où son nom nouveau, tiré de la ville italienne homonyme. Vauban la fortifia; il en reste quelques traces, mais la ville a été très endommagée par les guerres, et reconstruite après 1945.

Carignan a quelques industries métallurgiques: la Foulerie (groupe Ovako, 250 sal., laminage, bagues d’acier), passé de SKF à l’italien Fomas en 2005; ATM (découpage, 35 sal.), Tagar (métallerie, 30 sal.), Mecanyvois (mécanique, 30 sal.) , matériel de levage Electroclass (20 sal.); plus Amphenol Air LB (composants électroniques, 160 sal.) et les distributeurs automatiques AES (35 sal.); 2 maisons de retraite privées; un collège public, partagé avec Margut. La population communale diminue depuis le maximum de 1975 (3 700 hab.), perdant encore une centaine d'habitants entre 1999 et 2008. Carignan est le siège de la communauté de communes des Trois Cantons qui groupe les communes des cantons de Carignan, Mouzon, Raucourt-et-Flaba (51 communes, 20 000 hab.).

Le canton a 9 900 hab., 26 communes et 20 278 ha dont 4 920 de bois. Frontalier de la Belgique, il est également limitrophe du département de la Meuse. Il se partage entre rebord du massif ardennais au NE, vallée de la Chiers au centre et extrémité de la côte de Meuse au SO. Blagny (1 240 Blagnynois, 742 ha), juste au SE de Carignan, est soudée à celle-ci et conserve de petits ateliers métallurgiques, mais ses deux principales entreprises sont une annexe de l’atelier Amphenol de Carignan (45 sal.) et un supermarché Carrefour (40 sal.); elle a perdu une quarantaine d'habitants entre 1999 et 2008.

À Pure (640 Purotins, 650 ha dont 250 de bois), 4 km au nord, le groupe Thyssen-Krupp-Prisma a une usine de profilés et produits plats (100 sal.). Matton-et-Clémency (470 Mattonais, 1 832 ha dont 1 136 de bois), 5 km au NNE de Carignan dans le petit vallon du Matton, est un village fleuri (3 fleurs); son finage s’étend jusqu’à la frontière sur le plateau ardennais et englobe le bois du Banel; la vallée du Matton a été naguère animée par des forges.

Tout au SE, à 9 km de Carignan sur la rive droite de la Chiers, Margut (810 Margutiens, 753 ha) a quelques restes d’ouvrages militaires avec un musée de mai-juin 1940; un peu à l’écart se trouve la chapelle moderne avec grande verrière (1957) dédiée à Saint-Walfroy (un ermite du 6e siècle), avec grotte et calvaire, sur les restes de l’ermitage devenu maison de retraite puis à nouveau ermitage et maison d’accueil (70 lits); pèlerinages. Margut partage avec Carignan un collège public et accueille une scierie-parqueterie (Nouyrigat, 20 sal.). La population de Margut s’est réduite de 50 hab. entre 1999 et 2008. À Sapogne-sur-Marche (150 Sapognards, 541 ha) subsiste le château de Tassigny (16e-17e s.), au bord de la Marche qui vient de Belgique et conflue avec la Chiers à Margut.