Carnières

1 080 hab. (Carnièrois), 813 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Cambrai, 10 km ESE de Cambrai. Le village a un clocher fortifié du 16e s.; le hameau et le château de Boistrancourt sont au sud du finage, sur la route du Cateau-Cambrésis (N 43). La commune a eu tout près de 2 000 hab. en 1876 puis sa population est descendue à 1 000 hab. dans l'entre-deux-guerres et a encore perdu des habitants de 1982 à 1999 ; mais elle en a repris 130 depuis.

Le canton a 18 900 hab., 15 communes, 9 800 ha; il est connu comme ancien pays de tisserands mulquiniers. Beauvois-en-Cambrésis, proche de Caudry au sud-est, et Quiévy, 5 km au nord de Caudry, ont dépassé 2 000 hab. Quatre communes sont au sud de la route de Cambrai à Caudry. Wambaix (320 Wambaisiens, 617 ha) est au sud-ouest du canton, à 7 km SE de Cambrai, et a une halte ferroviaire. Sa population a culminé à 780 hab. en 1866; elle est passée sous les 400 hab. dans les années 1950 et elle se dépeuple encore. Estourmel (460 Estourmelois, 545 ha) est un peu au nord, traversée par la route (N 43). Elle offre une chapelle néogothique Bricout, inscrite, et un parc animalier sur 6 ha. Cattenières (690 Catteniérois, 540 ha) est leur voisine un peu à l'est, et a une gare et une fabrique d'emballages souples (Roland, 45 sal., contre 170 en 2005). Elle perd des habitants depuis 1876, où elle avait culminé à 1 300 hab.

Fontaine-au-Pire (1 200 Fontenois, 757 ha) est 3 km à l'ouest de Caudry et son habitat est soudé à celui de Beauvois; elle a une maison de retraite Orpea (Ariane, 45 sal.), une petite fabrique de linge (Lasson, 25 sal.). Pire vient de pierre et évoque une chaussée empierrée, qui allait de Saint-Quentin à Valenciennes et traversait la commune; par jeu de mots, la commune s'est un moment nommée Fontaine-Empire (1801). Elle a eu presque 2 500 hab. en 1911 et s'est dépeuplée jusqu'en 1999, mais vient de reprendre une soixantaine d'habitants (2006). Boussières-en-Cambrésis (430 Boussiérois, 482 ha) est à 1 km à l'est de Carnières. Elle s'orne d'une église inscrite du 16e s., à tour-porche fortifiée, et de trois pigeonniers anciens restaurés. La mention «en Cambrésis» est de 1907. La commune a eu 1 100 hab. en 1881 et poursuit son déclin.

Bévillers (570 Bévillersois, 479 ha), à 3 km ESE, a une grosse ferme du 18e s.; elle a eu plus de 1 200 ha. au début du 19e s. et s'est dépeuplée jusqu'en 1975 avant de stabiliser le nombre de ses habitants. Béthencourt (760 Béthencourtois, 515 ha) est juste au nord-est de Caudry, et participe à ses activités, avec les dentelles Machu (35 sal.) et Villette (réduite à 20 sal.). Habitée par 1 500 personnes en 1886, elle s'est ensuite dépeuplée jusqu'en 1999, mais vient de reprendre 40 hab. (2006). Saint-Hilaire-lez-Cambrai (1 700 Hilairiens, 641 ha) est à 6 km ENE du chef-lieu; Le Relais Cambrésis, coopérative ouvrière (scop) de 100 sal., créée en 1994, collecte, trie et redistribue 3 500 t de vêtements usagés ou chiffons d'essuyage, en partenariat avec Emmaüs mais distinctement, et sert de lieu d'insertion pour diverses activités. Saint-Hilaire a précisé son nom en 1894; elle a eu 2 500 hab. peu après et n'a pas cessé de se dépeupler depuis.

Quatre communes se partagent le nord du canton. Avesnes-les-Aubert est la plus peuplée. Rieux-en-Cambrésis (1 500 Rieuxois, 766 ha) est à 4 km au nord de Carnières (et 11 km ENE de Cambrai) sur l'Erclin, et son finage est traversé par la chaussée Brunehaut; cimetière britannique, château-hôtellerie du 19e s., maison de retraite. Rieux a précisé son nom en 1962; elle a eu plus de 2 200 hab. vers 1880 et s'est ensuite dépeuplée jusqu'en 1982, avant de se stabiliser. Saint-Aubert (1 500 Aubertois, 812 ha) est située à l'est d'Avesnes-les-Aucart, à 16 km ENE de Cambrai, et a une église classée des 17e, 18e et 19e s. à voûtes inspirées du gothique flamboyant. Sa population, de 2 600 hab. en 1872, a connu une évolution comparable à la précédente. Villers-en-Cauchies (1 260 Villersois, 894 ha) est la plus septentrionale, sur la chaussée Brunehaut entre Avesnes-les-Aubert et Avesnes-le-Sec à 14 km ENE de Cambrai; elle a une ferme-auberge du 18e s. (la Grande Cauchie). Sa population a peu changé par rapport aux précédentes, mais reste à son plus bas niveau depuis 1830.