Carsac-Aillac

1 500 hab., 1 731 ha dont 756 de bois, commune du département de la Dordogne dans le canton de Carlux, 8 km au SE de Sarlat. Elle est de loin la commune la plus peuplée du canton, à l'habitat très éparpillé. Le village principal, assez diffus, est dans la vallée de l'Enéa qui débouche dans le méandre de Montfort. Il a de belles maisons anciennes à toits de lauze, et un hôpital avec maison de retraite, plusieurs terrains de camping et aménagements touristiques dont deux villages de vacances à l'angle nord-est et au nord; sa principale entreprise est la fabrique d’aiguilles chirurgicales Suturex-Renodex (180 sal., française); matériel frigorifique Bouscasse (30 sal.), plastiques De Lama (40 sal.), transports par cars Périgord Voyages (35 sal.). Nommée Carsac-de-Carlux jusqu’en 1961, la commune a absorbé à cette date Aillac, qui est à la limite orientale du finage au bord de la plaine, et ainsi modifié son nom; sa population a augmenté dans les années 1980, et encore gagné 300 hab. (un quart) entre 1999 et 2008.

Le territoire communal, assez accidenté mais qui a une large plaine alluviale, englobe au nord-ouest les reliefs du cingle de Montfort (point de vue) et les gisements préhistoriques des grottes du Pech de la Boissière et du Pech de l'Azé qui ont été découverts près de la route de Sarlat dans le vallon du ruisseau de Farge, affluent de droite de l'Enéa, où se voit aussi un site de marmites de géant. Vers le nord il englobe des sites de bories, le hameau du Bouyssou, le château de Lascours (15e-16e s.) et il partage à l'angle nord-ouest une zone d'activités avec Sarlat. Une fraction du lobe de méandre au sud appartient à Groléjac, qui est sur la rive gauche et auquel mènent les deux ponts sur la Dordogne.