Castellane

1 500 hab. (Castellanais), 11 779 ha dont 7 000 de bois, sous-préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, 53 km au SSE de la préfecture. La ville est au bord du Verdon, à 724 m, où elle est dominée de 180 m par le Roc de Castellane, qui fut son site originel. Elle fut Dicella comme oppidum, puis Salinae pour les Romains, avant de devenir Petra Castellana au haut Moyen Âge. Elle conserve des restes de l'enceinte et une tour carrée du 15e s., la tour de l'Horloge (12e et 14e s.), la tour Pentagonale (14e s.), la chapelle du Roc. Une grande place ombragée signale son centre. Castellane, «station verte de vacances» et village de caractère, propose un musée des arts et traditions du Moyen Verdon, un musée géologique Sirènes et fossiles. Elle est située sur la route Napoléon (N 85) et dispose d'un collège public et d'un hôpital local (4 lits de médecine, 80 en tout), une maison de retraite; un supermarché Casino; travaux publics Appia (45 sal.); centre naturiste.

À l'est du bourg a été édifié le barrage de Chaudanne, mais dont le lac, à 724 m d'altitude, est dans la commune voisine de Demandoix. Le barrage, une voûte de 57 m de haut, résulte de travaux engagés en 1928 mais n'a été achevé qu'en 1952, en complément de celui de Castillon; le lac s'étend sur 65 ha et stocke 16 Mm3; son usine a deux turbines totalisant 22 MW. En amont, le barrage de Castillon retient un vaste lac qui est en grande partie dans la commune de Castellane, au nord-est, et va jusqu'à Annot. Après les premiers travaux des années 1930, il a été achevé en 1949; il dessine une voûte de 100 m de haut et retient un lac de 500 ha, à 880 m d'altitude, qui stocke 150 Mm3, dont 85 sont réservés pour l'agriculture; la centrale électrique a quatre turbines totalisant une puissance de 52 MW.

Le finage de Castellane est très étendu et accidenté. Un golf est ouvert au château de Taulanne au nord-ouest, où la route Napoléon passe le col de Lèque avant de descendre dans la clue de la Roche Percée en direction de la vallée de l'Asse et de Barrême; dolmen des Pierres Blanches. Le Verdon est suivi rive droite par la route qui mène au canyon; la Porte de Saint-Jean et la clue de Chasteuil sont des étroits où passent le Verdon et la route dans la partie sud-ouest du territoire communal. Le relief culmine au nord à 1 725 m au Castellard. Des hameaux sont épars, conservant parfois d'anciennes chapelles, comme Eoulx et Saint-Theyts (12e s.) au sud. C'est dans le nord de la commune, à la Baume, que se trouvent depuis 1969 les installations étranges de la secte «aumiste» du Mandarom, qui eut jusqu'à 500 membres et dont l'agressive statue colossale de 33 m de haut a été abattue en 2001.

Castellane a absorbé en 1948 la commune de Castillon (40 hab.) au nord-est, dont le nom reste attaché au barrage; en 1964 elle a intégré celle de Villars-Brandis (12 hab.) à l'ouest, et en 1973 elle a fusionné avec Chasteuil (13 hab.), tout à l'ouest, Eoulx (18 hab.) et Robion (20 hab.) au sud, Taloire (5 hab.) au sud-ouest et Taulanne (9 hab.) au nord-ouest. Ces fusions ont étendu considérablement son territoire, mais ne lui ont guère apporté d'habitants; Castellane a eu 2 300 hab. en 1841, 1 600 en 1900, 1 100 au creux des années 1960. Sa population croît depuis (+80 hab. de 1999 à 2004). Le maire est Michel Carle, divers droite. L'arrondissement a 8 100 hab., 5 cantons, 32 communes, 132 043 ha.

Le canton a 2 100 hab., 7 communes, 26 468 ha dont 12 492 de bois. Rougon (85 Rougonnais, 3 583 ha dont 980 de bois, à 930 m) est la commune la plus occidentale du canton et son finage s'allonge vers le sud le long du canyon du Verdon, sur le côté gauche; elle a eu 560 hab. en 1841, 40 seulement en 1975, et a gagné plus de 40 hab. de 1999 à 2004 (+51% !). La rivière entre dans la commune par la clue de Carajuan et s'enfonce rapidement dans les gorges, offrant à Rougon le premier grand belvédère du Point Sublime; mais la route passe au-dessus de la rive droite, qui appartient à La Palud-sur-Verdon dans le canton de Moustiers-Sainte-Marie. À la pointe sud toutefois, le finage atteint le confluent de l'Artuby et les Balcons de la Mescla; sentier de découverte du Lézard, observation de vautours fauves. Au nord, il va jusqu'au Mourre de Chanier (1 930 m). Des ruines du vieux château se voient au-dessus du village, lui-même perché.

La Garde (60 hab., 1 663 ha dont 630 de bois), 6 km au SE de Castellane à 900 m sur la route Napoléon, domine le ravin de Destourbes, encaissé entre le Destourbes à l'ouest (1 543 m) et le Teillon à l'est (1 893 m); cascade de Parrair, confiserie artisanale réputée; la population évolue peu depuis 1950. Peyroules (140 Peyrouliens, 3 334 ha dont 1 818 de bois) est sa voisine à l'est et son territorie occupe le haut bassin d'un autre Jabron, qui coule vers le sud-ouest puis rejoint le Verdon dans la clue de Carajuan. Son habitat est dispersé; le principal hameau est la Bâtie sur la route Napoléon, le plus central la Rivière à 1 025 m, alors que la Foux est le dernier à l'est, près de la source du Jabron; au sud, le Mouteiret a une grotte des Fées. Sur le flanc du Teillon au nord, des ruines nommées Ville signalent l'ancien village défensif qui fut jadis le centre de la commune. Peyroules était traversée par la via Salinaria de Cannes à Castellane - peirola désigne en général un relais avec auberge. La commune a eu 620 hab. en 1831, 80 en 1975; elle a gagné 50 hab. de 1999 à 2004. Elle est associée aux deux suivantes dans la communauté de communes du Teillon.

Les trois communes du nord-est ne sont pas dans le Parc du Verdon. Soleilhas (95 Soleilhanais 3 453 ha dont 1 480 de bois) se situe à l'est du canton à 1 000 m mais dans le haut bassin de l'Esteron, qui coule vers l'est en direction du Var; le village est à 20 km de Castellane au-delà du col de Saint-Barnabé (1 367 m), et seulement à 8 km de Saint-Auban. Du col, une route en lacets monte vers le sommet de la Bernade (1 941 m), sur le flanc duquel a été aménagée la petite station de ski de Vauplane. La commune a eu plus de 600 hab. autour de 1840, 60 seulement en 1975.

Demandoix (95 Demandoixiens, 2 037 ha dont 200 de bois, à 1 100 m) a eu une évolution parallèle. Elle occupe le petit bassin du Gros Vallon au nord-est de Castellane, à 11 km de la ville, et offre quelques ruines de son ancien château (14e s.), ainsi que le château de Verdon (18e s.). Le lac de Chaudanne occupe la partie basse du finage à l'ouest. Le barrage de Castillon, dit aussi de Casteillon-Demandoix, est à la limite NO de la commune, qui n'a qu'une petite fraction de son plan d'eau. Le relief monte à 1 878 m au sommet de la Gourre à l'est, 1 760 m au Crémon au nord.

Saint-Julien-du-Verdon (110 Pelugnes, 619 ha dont 384 de bois) est à 914 m au bord oriental du lac de Castillon, qui a submergé près de la moitié de son petit territoire. La N 202, qui vient d'Annot, passe au village avant d'emprunter à l'est la clue de Vergons. Une petite route sinueuse longue de 13 km suit la rive orientale du lac, passe sur la crête du barrage, passe le col du Cheiron (887 m) et atteint Castellane par le nord. Elle assure ainsi la liaison entre Castellane et Annot ou Saint-André-les-Alpes.