Castelnau-Magnoac

790 hab. (Magnoacais), 1 256 ha, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées dans l'arrondissement de Tarbes, 24 km au NNE de Lannemezan. Le village se perche à l'extrémité d'une crête étroite qui subsiste entre les vallées du Gers à l'est et de son petit affluent la Gèze à l'ouest. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un ancien castelnau du 11e siècle; il a une collégiale gothique du 15e s., des maisons à colombage; un aérodrome (code LFDQ) au SE, dans la plaine du Gers, avec une piste gazonnée de 760 m et un aéroclub. La population a beaucoup diminué depuis les 1 750 hab. de 1851, et constamment jusqu'en 1999.

Le canton a 3 500 hab., 29 communes, 18 274 ha dont 3 744 de bois; formant l'extrémité nord-orientale du département, il s'avance en coin entre ceux du Gers et de la Haute-Garonne. La commune d'angle est Thermes-Magnoac (190 hab., 1 083 ha), dont les thermes ne sont plus qu'un lointain souvenir et dont le finage atteint la rive gauche de la Gimone juste à l'ouest de Boulogne-sur-Gesse. Le canton s'avance aussi en pointe vers le sud jusqu'à 6 km NE de Lannemezan, et il est structuré en un bel éventail par les vallées de la Gimone, du Gers et de la Petite Baïse, et deux de leurs affluents locaux, la Gèze côté Gers et la Solle côté Baïse. Il est traversé du sud au nord par deux longs canaux de crête servant à l'irrigation des vallées de Gascogne.

Campuzan (160 hab., 662 ha dont 195 de bois), 8 km au SO du chef-lieu, occupe un versant doucement incliné vers la Petite Baïse mais qui domine la Baïsole, côté ouest, par un coteau escarpé; grand étang de barrage sur la Baïsole, forêt conservée sur le versant de Campuzan, dont le petit village s'aligne sur la pouge. Cizos (120 Cizosais, 761 ha), sur le versant gauche du Gers à 5 km SSO du chef-lieu, est le siège de la communauté de communes du Magnoac, qui rassemble 25 communes et 2 900 hab. sur 14 950 ha.

Monléon-Magnoac (690 Monléonnais dont 250 à part, 1 966 ha dont 583 de bois), 6 km SSE du chef-lieu, perché sur une étroite crête entre le Gers et son petit affluent local le Cier, fut un village fortifié, dont il reste une porte; la commune s'allonge assez loin vers le sud. Près de la source du Cier dans un vallon ombragé, la chapelle de Garaison a été édifiée à la suite d'apparitions mariales en 1515; le site, un petit Lourdes au 17e siècle, est revenu à la mode sous le Second Empire mais a vite été supplanté par Lourdes elle-même; il reste un lieu discret de pèlerinages et, surtout, abrite un assez gros lycée-collège catholique en internat. La population communale (sdc) est tombée de 1 600 hab. en 1866 à 360 en 1999, puis vient de reprendre 70 hab. de 1999 à 2009.

Bazordan (1130 Bazordanais, 922 ha dont 162 de bois), 10 km au SE du chef-lieu, se trouve dans la vallée de la Gesse, et déjà en Comminges. La pointe méridionale du canton est formée par la commune d'Arné (200 Arnois, 834 ha), qui est aux sources de la Gesse et dans un repli du plateau de Lannemezan.