Castries

5 750 hab. (Castriotes), 2 405 ha dont 371 de bois et 367 de vignes, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Montpellier, 13 km au NE de la préfecture. Cette grande commune des garrigues montpelliéraines, mentionnée comme Castra (le château) au 9e s., a été propriété des Rohan puis berceau d'une famille devenue célèbre dans les armes. Laissant une grande place aux garrigues (1 000 ha), soignant des vergers mais ayant réduit ses vignobles de moitié entre 1988 et 1998 (cave coopérative, AOC coteaux-du-languedoc), elle est traversée par la N 110, tandis que sa limite méridionale suit la Via Domitia (chemin de la Monnaie).

Le bourg est de forme ronde dans sa partie ancienne, tassée autour du château renaissance des 16e-17e s. Entouré d'un parc dessiné par Le Nôtre, légué à l'Académie française, le château est confié par elle à la Région Languedoc-Roussillon, qui y place des activités culturelles. L'aqueduc de 6 800 m, qui enjambe la ville en 120 arceaux, est une œuvre de Riquet (1676); pont du 18e s. Au NE, le château de Fontmagne réunit une pièce d'eau et un canal donnant sur le Bérange, un centre aéré et un centre équestre. À l'ouest subsistent des restes d'une ancienne commanderie de templiers à Bannières.

La commune, résidentielle, a un collège public et peu d'entreprises; informatique Epsilog (40 sal.), transports Manrique (35), nettoyage PLD (60); des carrières pourraient accueillir des déchets ultimes de l'agglomération. La population communale s'est longtemps tenue autour de 1 100 hab., et a commencé à croître dans les années 1960, passant à 2 500 hab. en 1976, 4 000 en 1990.

Le canton a 43 300 hab. (39 400 en 1999), 18 communes, 16 921 ha dont 2 599 de bois et garrigues. Il comprend deux parties distinctes. Tout au sud, passe l'actif couloir de circulation de Montpellier à Nîmes et les anciens villages sont devenus des villes, comme Vendargues, Baillargues et Saint-Brès. Sussargues et Saint-Drézéry, plus au nord, ont également dépassé 2 000 hab. À l'ouest, Jacou et Teyran sont des banlieues de Montpellier qui ont également atteint ce stade. Le reste du canton est dans un paysage de basses collines de garrigues viticoles. À l'ouest, Assas (1 570 Assadins, 1 911 ha dont 452 de bois et 200 de vignes), un peu plus éloignée sur les reliefs des garrigues à 12 km au nord de Montpellier, reste marquée par son château du 18e s., édifié sur les ruines de l'ancien château fort, et qui possède une collection d'instruments de musique anciens. Elle a aussi une cave coopérative (40 000 hl). Assas n'avait que 300 à 400 hab. entre 1900 et 1970, puis s'est peuplée de villas et a encore gagné 250 hab. de 1999 à 2009; magasin Bigmat (20 sal.). Le canton se termine au NE au contact du département du Gard.

Restinclières (1 570 Restincliérois, 653 ha dont 123 de vignes), 7 km au NE de Castries sur la N 110, a gagné 400 hab. entre 1999 et 2009, soit plus du tiers. Saint-Geniès-des-Mourgues (1 650 Saint-Geniérois, 1 137 ha), 5 km ENE de Castries, exploite plus de 550 ha de vignes (AOC coteaux-du-languedoc et coteaux-du-languedoc-vérargues), ainsi que de grands vergers; ancienne église abbatiale du 15e s.; cave coopérative de 46 000 hl, arènes. La commune était seulement Saint-Geniès avant 1894. Elle avait 770 hab. à cette date, 620 en 1954 et sa population s'est mise à croître ensuite, surtout de 1975 à 1990; elle a ajouté 220 hab. entre 1999 et 1999. Ces deux communes font partie de l'agglomération de Montpellier.

Plus au nord Galargues (640 Galarguains, 1 143 ha), 8 km à l'ouest de Sommières, est restée hors de l'agglomération; elle a une cave coopérative (41 000 hl) et 340 ha de vignes; la population croît depuis le minimum de 1975 (250 hab.) mais modérément en raison de la distance à Montpellier (26 km); elle a augmenté de 120 hab. depuis 1999. Saint-Jean-de-Cornies (680 hab., 311 ha), 2 km au NE de Saint-Drézéry, est le siège de la petite communauté de communes Ceps et Sylves (6 communes, 2 300 hab.) et a gagné 200 hab. de 1999 à 2009.