Cernay

11 400 hab. (Cernéens), 1 804 ha dont 405 de bois, chef-lieu de canton du Haut-Rhin dans l'arrondissement de Thann, 6 km à l'est de Thann (16 km au NO de Mulhouse), au bord de la Thur et à la limite du Parc des Ballons et du Bassin Potassique. La ville avait 4 300 hab. en 1876, 5 200 en 1911, 6 600 en 1954, 9 300 en 1975 et poursuit sa croissance (+600 hab. 1999-2007). Le maire est Michel Sordi, UMP, également député.

Cernay a trois zones d’activités, un hypermarché Leclerc (250 sal.). Le nouveau centre logistique Alsabail doit employer 75 personnes; transports Alloin (65 sal.) et Sifferlen (30 sal.). Desservie par la voie ferrée et le carrefour autoroutier des N 83 et N 66, elle est surtout une petite ville industrielle, dont le sort est lié à celui de Mulhouse. Elle a travaillé le textile, puis la chimie et la mécanique, et conserve d'assez nombeux emplois productifs, bien qu'elle ait perdu récemment les fabriques de caravanes Hymer (allemand, 240 sal.) et d'équipements d'automobiles Dalphimétal (220 sal., ex-Faurecia passé à un groupe espagnol), et que le projet de Continental Biscuits engagé en 2006 ne se soit pas réalisé.

Les principales entreprises sont la chimie agricole Du Pont de Nemours (370 sal.); les équipements industriels Emerson (vannes, 360 sal., groupe états-unien); les appareils de mesure Flowtec du groupe suisse Endress-Hauser (débitmètres, 240 sal.); les chaudières Stein du groupe Alstom (220 sal.); les blanchets en caoutchouc du groupe suédois Trelleborg (Rolin, 210 sal., réduits à 110 en 2010); les engins de levage Sogecofa (160 sal.); les cylindres pour papeterie Metso (Finlande, 120 sal.); impression sur films plastiques et thermoadhésifs Protechnic (110 sal.), teinture et blanchiment (TBC, au groupe Siat d’Altkirch, 75 sal.), corderie et isolants Landolt (Suisse, 45 sal.); carrosserie des Bennes Vincent (65 sal.), mécanique Odilis (100 sal.), Techlam (65 sal., groupe Hutchinson) et Angenstein (30 sal.), menuiserie métallique Fib Gensbittel (35 sal.), appareils de contrôle Kubler (25 sal.); cartonnages Sonoco-IPD (65 sal.), colorants Bima 83 (45 sal.), plastiques Stockmeier Uréthanes (30 sal.); installations d'eau et gaz Hug (50 sal.).

La ville, que les Allemands nommaient Sennheim, a beaucoup souffert des guerres; elle a cependant quelques restes romains et médiévaux, dont la porte de Thann qui abrite un musée historique évoquant notamment les batailles du proche Vieil Armand. L'Institut Saint-André (Association Adèle de Glaubitz des Sœurs de la Croix), dans la plaine au sud-ouest, créé en 1891 sur les terrains de l'ancienne ferme de l'Ochsenfeld et devenu un camp d'entraînment des troupes allemandes en 1940-1945, rassemble plusieurs unités de soins pour handicapés dont un institut médico-pédagogique, une entreprise adaptée (Esat, 270 personnes) et une maison de retraite; la ville a un centre hospitalier public (22 lits), un collège public, un lycée polyvalent du bâtiment.

Le plan du centre, en damier carré, date du 13e s.; mais la ville a été presque entièrement détruite au cours des deux dernières guerres. Aux environs se trouvaient les mines d'argent de la Silberthal à Steinbach, actives aux 15e-16e s.; une aire de loisirs y a été aménagée. La ville a créé aussi dès 1978 un parc pour le renouveau des migrations de cigognes.Le territoire communal est étendu au sud de la Thur alors que le centre-ville est au nord; du pont se déploie vers le sud un éventail de routes, traversé en arc par la voie ferrée. La N 83 à quatre voies contourne la ville par l'est et, au sud, croise la N 66 à quatre voies par un échangeur en trèfle presque parfait. Les sites industriels se dispersent dans la plaine, qui abonde en étangs de gravières; toute la partie sud-est est boisée dans le Graffenwald, où deux des étangs servent de plan d'eau pour les loisirs.

Cernay forme une conurbation avec les communes de Steinbach, Uffholtz et Wattwiller, toutes trois dans le Parc des Ballons; la communauté de communes de Cernay et environs (14 700 hab.) se limite à ces 4 communes. Le canton de Cernay a 33 600 hab. (33 500 en 1999) pour 11 communes et 13 135 ha (dont 4 445 de bois); il s'étire du nord (Vieil Armand) au sud (au-delà de la Doller). À l'est, le canton englobe le centre du Bassin de Potasse (Staffelfelden et Wittelsheim); au sud, où passe l'A 36, se trouvent les deux Burnhaupt.