Champagney

3 700 hab. (Champagnerots), 3 671 ha dont 2 548 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Saône dans l’arrondissement de Lure, 15 km ENE de celle-ci dans la vallée du Rahin, agrémentée d’étangs, avec base de loisirs. La bourgade, qui fut l’une des premières à réclamer en 1789 l’abolition de l’esclavage, a ouvert une Maison de la Négritude et des Droits de l’homme; elle est dotée d’un collège public et d’une gare sur la voie ferrée de Paris à Belfort.

Dans la commune, au sud-est, se trouve aussi un grand lac de barrage qui devait servir au canal de la Haute-Saône et au canal du Rhône au Rhin; commencé en 1882, il n’a été mis en eau qu’en 1938 et occupe 106 ha; nombreux clubs de voile et sports nautiques. La commune a une métallerie Gestamp (75 sal.) travaillant pour l'automobile, une fabrique de portes de garage métalliques (Soprofeb, 30 sal.). Elle avait atteint 4 300 hab. dans les années 1880; sa population a diminué jusqu’en 1960 (2 800 hab.) et a lentement augmenté depuis, ajoutant encore 300 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton, limitrophe du Territoire de Belfort et du département des Vosges, monte au nord jusqu’au ballon de Servance (1 216 m) en suivant la vallée du Rahin; il a 11 800 hab. (11 100 en 1999), 9 communes et 15 280 ha dont 10 008 de bois. Les communes du canton forment la communauté Rahin et Chérimont, qui siège à Champagney. Ronchamp est voisine de Champagney, au SO.

En amont de Champagney, le canton lance une longue queue vers le nord-est dans la haute vallée du Rahin; les deux communes montagnardes sont Plancher-Bas (1 890 Plancherots, 2 912 ha dont 2 135 de bois), à 6 km ENE du chef-lieu, et Plancher-les-Mines (1 100 Mainous, 2 359 ha dont 2 115 de bois), 6 km en amont à 496 m, dont le finage monte jusqu’à la crête qui va du ballon de Servance au ballon d’Alsace. La première a une fabrique d'articles de protection en cottes de maille Sperian (groupe Foin, 90 sal.), une fonderie d'aluminium Serero (ARN, 30 sal.), une brosserie (Kibros, 25 sal.), un négoce de quincaillerie (Chapuis, 95 sal.); maçonnerie Cotta (25 sal.). Plancher-les-Mines présente un musée miniature de la fête foraine.

La route monte sur 12 km jusqu’aux abords du ballon de Servance et n’atteint le col de Sainte-Croix qu’au prix de 11 km supplémentaires; un chemin forestier approche du refuge de la Grande Goutte sur la crête entre Rahin et Savoureuse (Territoire de Belfort). Plancher-Bas a eu 2 400 hab. au 19e s.; abaissée à moins de 1 300 hab. en 1968, sa population a augmenté ensuite juqu’en 1990, puis a repris entre 1999 et 2008, en gagnant 220 hab. Les fluctuations de la population de Plancher-les-Mines ont été plus accusées et différentes: 2 800 hab. en 1906, une chute sensible et continue depuis.