Champs-sur-Tarentaine-Marchal

1 100 hab., 6 032 ha dont 1 825 de bois, chef-lieu de canton du département du Cantal dans l'arrondissement de Mauriac à 30 km NE, à 450 m d'altitude. La commune a ajouté «sur Tarentaine» en 1916 et son nom s'est allongé par fusion avec Marchal en 1972. Son territoire occupe ainsi près de la moitié du canton, atteignant au nord-est le lac du Tact et limité par les vallées de la Tarentaine et de la Rhue. La bourgade est un centre de services et de loisirs, «station verte de vacances» avec village de vacances. Sa population diminue peu à peu; elle atteignait 2 000 hab. en 1890 (sans Marchal). Champs est le siège de la communauté de communes Sumène-Artense (13 communes, 7 000 hab.).

Le canton a 2 800 hab., 4 communes et 13 804 ha dont 2 951 de bois; situé dans le Parc des Volcans, limitrophe des départements du Puy-de-Dôme et de la Corrèze, il se déploie sur le plateau de l'Artense. Il est limité au sud par la vallée très encaissée de la Rhue, qui reçoit à droite la Tarentaine. La limite occidentale s'appuie sur le lac de barrage de Bort, dont les eaux mettent en valeur le superbe château de Val (15e s.) aux hautes murailles; cette forteresse est dans la commune de Lanobre (1 400 hab., 4 090 ha, à 650 m), «station verte de vacances» qui a un intéressant village rond avec une église romane remarquée, un musée de la radio et du phonographe et une fromagerie de 60 emplois du groupe des Fromageries occitanes. Lanobre a perdu une centaine d'habitants de 1999 à 2008.

La limite sud-orientale du canton suit les gorges de la Rhue. À l'est, à Trémouille-Saint-Loup (200 hab., 1 223 ha dont 400 de bois), à 710 m, a gagné une cinquantaine d'habitants après 1999. Là se déploie l'ensemble aménagé des lacs de l'Artense, dans le bassin de la Crégut, affluent de droite de la Rhue. Il comprend en aval à 852 m le grand lac de barrage de Lastioules (126 ha), équipé d'une base de loisirs et d'un centre nautique; en amont, le lac de la Crégut (36 ha), qui est naturel, plus ceux du Tact (16 ha) et du Taurons (20 ha), retenus par des barrages. Sur la Rhue elle-même, le lac de barrage de Vaussaire (23 ha), qui date de 1952, est à l'extrême pointe de la commune chef-lieu.