Chapelle-Basse-Mer (La)

5 150 hab. (Chapelains), 2 214 ha dont 287 de vignes, commune de la Loire-Atlantique dans le canton du Loroux-Bottereau, 5 km au nord du chef-lieu et 21 km ENE de Nantes. Le finage communal atteint la rive gauche de la Loire face à Mauves et inclut la moitié de l’île Arrouix; le hameau de la Pierre-Percée offre un port miniature des rives de Loire.

Les principaux établissements sont les ateliers de métallurgie Adecam (120 sal., découpage-emboutissage), de chaudronnerie CFSA (Claire Fontaine, 65 sal.), de pièces plastiques ASI (50 sal.) et d’emballages en bois ASI (30 sal.), de matériel agricole CM (30 sal.), de mécanique Bonnin (20 sal.), d’embouteillage à façon (A. Beteau, 20 sal.); menuiserie de plastiques Jeanneau (30 sal.); supermarché U (110 sal.); transports par autocars Bonneau (20 sal.), enlèvement d'ordures Ecosys (40 sal.).

Basse-Mer était une commune intégrée dès 1794, dont le nom n'a pas de rapport avec mer ou marais mais dériverait d'un seigneur Batsameri du 12e s. Le finage contient plusieurs châteaux et manoirs dont le château de la Vrillière (17e s. sur restes du 15e), avec fuie. La commune avait 4 600 hab. en 1866; sa population est descendue à 2 300 dans les années 1930 puis son niveau est peu à peu remonté; elle a gagné 820 hab. de 1999 à 2009.