Chapelle-Saint-Ursin (La)

3 300 hab. (Chapellois), 783 ha, commune du Cher dans le canton de Saint-Doulchard, 7 km OSO de Bourges. Née d'un ermitage, elle a été à partir de 1837 une ville minière, exploitant le fer local par une centaine de puits de mine; mais cette activité s'est éteinte au cours des années 1870. La commune n'avait que 450 hab. dans les années 1930, puis est passée à 1 000 en 1965, 2 000 en 1976 et a crû jusqu'en 1999. L'après-guerre a donc transformé la commune en banlieue, dotée d'un échangeur autoroutier et d'une grande zone industrielle nommée Orchidée (un site d'orchidées sauvages est en passe d'être classé dans les sites Natura 2000). Orchidée rassemble plus d'un millier d'emplois, notamment dans une usine d'explosifs et munitions Nexter ex-Luchaire (GIAT, 320 sal.). La Chapelle-Saint-Ursin accueille aussi une fabrique de sièges Finot (170 sal.), les plastiques Rehau (120 sal.) et volets plastiques Plastiferm (30 sal.), une visserie-boulonnerie Lanfranco (50 sal.), chaudronnerie Atel (30 sal.); réseaux EBL (Vinci, 65 sal.), installations électriques Forclum (60 sal.), négoces de matériel de bureau (Dactyl Buro, 40 sal.) et de fournitures industrielles SNA (35 sal.); logistique Sofibo (50 sal.), transports AXT (60 sal.) et travaux publics Axiroute (50 sal.), nettoyage urbain ISS (30 sal.). La bourgade est connue aussi pour ses nombreuses courses cyclistes.