Châteauneuf-sur-Charente

3 510 hab. (Calstelnoviens), 2 402 ha dont 269 de bois, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l’arrondissement de Cognac, 25 km ESE de Cognac sur la rive gauche du fleuve, 20 km à l’ouest d’Angoulême. Le bourg a une église romane à façade tripartite d’allure saintongeaise, assez ornée; un collège public, un hôpital; gare et halte nautique, Super-U (60 sal.).

La commune cultive 499 ha de vignes; elle est pourvue en commerces et services, et compte quelques ateliers dont les moteurs électriques Bertrand-Polico (85 sal.), la menuiserie Vincent (30 sal.) et les produits vétérinaires AJC (40 sal.); assainissement Gatineau (40 sal.), carrière des Calcaires et diorites du Moulin Roc (15 sal.). La commune avait déjà plus de 2 000 hab. au début du 19e s., et avait approché 3 800 en 1876; descendue à 2 800 dans les années 1900 à 1930, elle a gagné ensuite quelques habitants, culminant à 3 560 hab. (sdc) en 1982 avant de s’affaiblir un peu. La communauté de communes de la région de Châteauneuf-sur-Charente, proche du canton, siège au chef-lieu et associe 13 communes (8 700 hab., 13 300 ha).

Le canton a 7 900 hab. (7 600 en 1999), 15 communes, 14 476 ha dont 1 750 de bois; il s’étend peu au nord de la Charente, bien plus largement dans la Grande Champagne au sud. Face à Châteauneuf, la Charente décrit un méandre accusé; le coteau de rive concave porte les villages de Saint-Simeux (550 Saint-Simeusiens 940 ha dont 211 de vignes) et Mosnac (490 Mosnacais, 633 ha dont 202 de vignes), 4 et 3 km au NE du chef-lieu; Mosnac se distingue par son musée de la voiture à pédales; elle a gagné 100 hab. de 1999 à 2008, Saint-Smeux 80. En aval, toujours sur la rive droite mais dans un paysage moins escarpé, Saint-Simon (210 Saint-Simonais, 377 ha dont 126 de vignes) a un musée des Gabarriers et propose des promenades en gabarre, rappelant le temps où l’on y construisait ces bateaux.

En face, dans la plaine de rive gauche, sont les communes de Graves-Saint-Amant (330 Gravois, 899 ha dont 285 de vignes et 221 de bois), qui associe deux villages et où sont les carrières Audoin (45 sal.), et Angeac-Charente (390 Angeacais, 1 081 ha dont 283 de vignes et 220 de bois); toutes deux conservent au sud un grand bois.

Au centre du canton, un talus de 60 à 70 m marque le rebord du plateau de Barbezieux; il est souligné par trois villages: Birac (280 Biracois, 1 184 ha dont 344 de vignes) à 5 km au sud de Châteauneuf, qui a une autre carrière des Calcaires et diorites du Moulin Roc (25 sal.) et qui a gagné 60 hab. de 1999 à 2008; Éraville (190 Éravillois, 547 ha dont 291 de vignes) à 4 km au SSO du chef-lieu; Bouteville (350 Boutevillois, 1 207 ha dont 532 de vignes) 7 km à l’ouest. Les deux premiers sont au pied du talus, Bouteville le couronne des ruines de son château du 17e s. et a une église priorale à peintures murales.

Le plateau lui-même se partage entre quatre communes viticoles: Bonneuil (260 Bonneuillais, 1 358 ha dont 510 de vignes et 372 de bois) à 3 km au sud de Bonneville; Touzac (480 Touzacais, 1 565 ha dont 600 de vignes) un peu plus au sud; Malaville (430 Malavillois, 1 282 ha dont 597 de vignes) au centre près d’Éraville; Nonaville (200 Nonavillois 690 ha dont 152 de vignes) au sud-est, 3 km au sud de Birac, qui a gagné 50 hab. depuis 1999. Le canton est bordé au sud par le cours du Né.