Châtelaillon-Plage

6 200 hab. (Châtelaillonnais), 659 ha, commune de la Charente-Maritime au sud du canton d'Aytré, à 12 km SSE de La Rochelle. Le trait de côte s'établit entre le fort Saint-Jean au nord et la pointe des Boucholeurs au sud, où se tenait le Vieux Châtelaillon. La petite agglomération balnéaire, formée dès l'apparition de la voie ferrée, occupe un front de mer de 3 km, légèrement incurvé; une gare, hippodrome à l'est, des marais tout autour de la station. En mer, la pointe de Châtelaillon ou du Cornard découvre ses rochers à marée basse à plus de 3 000 m du rivage et l'estran devant Châtelaillon découvre sur 1 500 m de large. La plage a été refaite par de gros apports de sables.

La station a un collège public, un casino (groupe Émeraude, autour de la 100e place en France) associé à un centre aquatique (Palais de l'Atlantique, 50 sal.), un petit port de plaisance; centre de thalassothérapie La Rochelle-Sud (25 sal.) et hôtel Mercure (35 sal.), maison de retraite (45 sal.). Quelques ateliers s’y occupent, dont un centre d’aide par le travail, la menuiserie Sacre (40 sal.); travaux ublics Colas (45 sal.). Le village des Boucholeurs, fait de petites maisons et de cabanes, exploite 240 ha de parcs à huîtres et des milliers de bouchots.

La population de la commune est assez stable depuis un demi-siècle: elle avait dépassé 5 000 hab. avant 1960. La commune n’a été détachée d’Angoulins qu’en 1897, avec 810 habitants; elle est passée à 2 200 en 1936, 5 000 dès 1954 et n’a crû que lentement depuis, mais a ajouté 400 hab. entre 1999 et 2008. L’adjonction «Plage» à son nom date de 1928. Elle compte 1 500 résidences secondaires pour 3 300 principales: elle est autant banlieue de La Rochelle que station balnéaire. Elle a aussi 9 hôtels (310 chambres), trois campings (400 places).