Châtillon-en-Michaille

2 700 hab. (Châtillonnais), 3 762 ha dont 851 de bois, commune du département de l'Ain dans le canton de Bellegarde-sur-Valserine, 5 km NNO du chef-lieu à 520 m. Le village commande la sortie de la grande cluse de la Semine, à son confluent avec la Valserine: la N 84, l'A 40 et la voie ferrée dite «ligne des Carpates» l'empruntent entre Nantua et Bellegarde. Une usine Cebal, maintenant à Alcan depuis l'intégration de Pechiney, y fabrique des emballages d'aérosols (Aerocan, 160 sal.); carrières Famy (230 sal.) et entreprise de bâtiment Gallia (70 sal.), métallerie Carraz (30 sal.), cartonnages CR (30 sal.), un Intermarché (70 sal.).

La commune, alors nommée Châtillon-de-Michaille, s'est beaucoup agrandie avec la fusion de Vouvray (340 hab.) et Ochiaz (180 hab.) en 1973. De ce fait, elle intègre une partie de l'aérodrome de Bellegarde-Vouvray et, au sud-ouest, elle monte jusqu'à plus de 1 200 m sur le gros pli anticlinal du Crêt du Nu; une route qui va jusqu'aux Abergements y offre un vaste panorama sur le bassin de Bellegarde et le Grand Crêt d'Eau à l'est. La population communale, de près de 1 500 hab. au milieu du 19e s., s'était abaissée à 620 en 1954; passée à 1 800 après la fusion, elle a sensiblement augmenté depuis et encore gagné près de 300 hab. de 1999 à 2006.