Châtre (La)

4 600 hab. (Castrais) dont 150 à part, 606 ha, sous-préfecture de l'Indre, 34 km au SE de Châteauroux au-dessus de la vallée de l'Indre. C'est le chef-lieu de la Vallée Noire et du Boischaut; son nom évoque une place forte (castra). Le centre-ville reste tassé dans le périmètre des anciens remparts; il contient de nombreuses maisons anciennes et un donjon carré du 15e s., qui servit de prison et abrite le musée de George Sand et de la Vallée Noire. La commune est «station verte de vacances» et offre festivals (Chopin, sculpture sur pierre), théâtre, maison des jeunes et de la culture, haras et concours hippiques, circuit autos et motos avec compétitions estivales (Chavy); collège public, lycée public, annexe du lycée agricole public de Châteauroux, centre d'aide par le travail et maison de retraite.

Grâce à l'usine Baxter qui est dans la proche commune de Lacs, la ville met en avant un «pôle santé» avec le centre hospitalier (350 sal., 40 lits médicaux, 500 en tout), une clinique (35 lits) et des activités associées, comme le laboratoire d'analyses George Sand (20 sal.). Elle évoque aussi une «filière viande» (abattoir, lycée agricole), mais les principaux établissements sont plutôt dans le bâtiment, et de petite taille: plastiques Ullit (30 sal.), vérandas AFD (20 sal.), charpentes Leuillet (20 sal.), espaces verts Bonnin (Berry Environnement, 40 sal.), plâtrerie Techni-Plâtre (35 sal.), constructions Pierron (30 sal.); informatique et données Safig (70 sal.), supermarchés Super U (65 sal.) et Champion (50 sal.), négoce de matériaux Trialis (Melin, 25 sal.); transports routiers Trans LM (45 sal.).

La mairie emploie 90 personnes. Le maire est Nicolas Forissier, UMP, cadre commercial et chef d'entreprise, également député, un temps secrétaire d'État à l'agriculture. La population communale a dépassé 5 200 hab. dans la seconde moitié du 19e s. avant de s'abaisser peu à peu à 3 700 hab. en 1931; elle a ensuite connu une lente croissance jusqu'en 1982 (14 900 hab. sdc) puis perdu près de 400 hab. jusqu'en 1999, et encore quelques dizaines depuis. La Châtre est le siège de la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère, qui réunit 29 communes et 16 800 hab. L'arrondissement a 33 500 hab., 5 cantons, 68 communes, 132 323 ha.

Le canton a 13 500 hab., 19 communes et 42 668 ha dont 3 833 de bois; il est limitrophe du département du Cher; sa partie septentrionale s'étend sur le bas plateau de Champagne berrichonne. Une partie de l'habitat et des activités de l'agglomération principale est dans la commune voisine de Montgivray (1 700 Montgivrains, 2 548 ha), juste en aval du chef-lieu au bord de l'Indre, dont la limite communale frôle la vieille ville de La Châtre; travaux publics et réseaux Segec (120 sal.), scierie Ageorges (20 sal.), métallerie Performances (20 sal.). La population de Montgivray a augmenté du creux de 1926 (1 300 hab.) à 1990, puis s'est à peu près stabilisée.

À Lacs (670 Lacubusiens, 1 346 ha), 3 km à l'est de La Châtre, le gros laboratoire états-unien Fenwal fabrique des poches à sang (500 sal.); le village a une église classée et les restes d'un prieuré du 12e s.; maçonnerie ducrot; Lacs n'avait plus que 300 hab. en 1975 et progresse depuis. Le Magny (1 000 hab., 1 784 ha), 3 km au sud-ouest du chef-lieu, participe également à ses activités, notamment avec les magasins Intermarché (45 sal.) et Bricomarché (45 sal.). Le village conserve l'église d'un ancien prieuré bien doté, du 12e s., refait au 15e s. Tombée à 450 hab. autour de 1950, contre 680 hab. en 1911, la population communale augmente depuis et a gagné plus de 120 hab. de 1999 à 2007.

Un peu plus au sud, Chassignolles (580 hab., 2 994 ha dont 272 de bois) et Briantes (610 hab., 2 312 ha) sont à la limite du massif ancien. Chassignolles a une église classée des 12e et 15e s.; sa population avait atteint 1 300 hab. au début du 20e s. et a chuté ensuite, mais s'est stabilisée depuis 1980. Briantes, 4 km au SE de La Châtre, qui a suivi la même évolution démographique avec 1 100 hab. au début du 20e s. et a gagné 50 hab. de 1999 à 2007, a un château du 15e s. dont le grand pigeonnier abrite 2 500 boulins.

À 5 km au nord de La Châtre apparaît le château de Nohant, du 18e s., où vécut, reçut et mourut George Sand; il est à l'entrée du village de Nohant-Vic (490 hab., 2 125 ha), et accompagné d'un musée-souvenir que visitent près de 40 000 visiteurs par an; parc et jardin de 6 ha, fêtes romantiques. La commune résulte d'une fusion de 1826 entre Nohant et Vicq-sur-Saint-Chartier, 3 km au NO: sa population, à peu près stable depuis 1980, frôlait le millier d'habitants au temps de George Sand et à la fin du 19e s. Nohant et Vicq ont de belles petites églises des 11e-12e s.

Un peu au nord dans la vallée de l'Igneraie, affluent de droite de l'Indre, Saint-Chartier (610 Cartériens, 2 752 ha dont 354 de bois) a un beau château du 15e s. et un festival des luthiers et maîtres-sonneurs; sa population a évolué comme celle de Nohant puis gagné 60 hab. de 1999 à 2007. Verneuil-sur-Igneraie (350 hab., 984 ha), 3 km en amont de Saint-Chartier, accueille les transports Blanchet (55 sal.). Lourouer-Saint-Laurent (230 Oratoriens, 1 121 ha), juste à l'est, héberge un centre international George Sand du Romantisme au château d'Ars (14e et 16e s.), restauré, qui appartient à la ville de La Châtre; église classée, avec peintures (12e au 16e s.); le nom vient d'un oratoire.

Toute la partie septentrionale et orientale du canton s'ouvre largement sur la Champagne berrichonne. Saint-Août (860 Saint-Aygulfiens, 5 411 ha dont 1 036 de bois) occupe l'angle nord-ouest du canton, à 18 km au nord du chef-lieu; château de la Villette (19e s.) avec étang, au nord-ouest, forêt domaniale de Bellevue au sud-ouest. La commune a eu près de 1 700 hab. au début du 20e s. et sa population augmente très légèrement depuis 1980. La Berthenoux (480 Bertheloniens, 3 982 ha dont 421 de bois), 13 km au nord-est de La Châtre, a une église du 12e s. et conserve une tour des anciens remparts (15e s.); de 1 500 hab. vers 1900, sa population a diminué jusqu'en 1995 et a légèrement repris entre 1999 et 2007.

Thevet-Saint-Julien (490 Thevésiens, 3 094 ha), 10 km au NE du chef-lieu sur la route de Bourges, a une église romane (12e s.) dont les peintures sont classées. La commune résulte d'une fusion de 1818 entre Saint-Julien-de-Thevet et Saint-Martin-de-Thevet; elle a eu 1 000 hab. de 1870 à 1910. Le finage de Vicq-Exemplet (340 Vicquois, 3 874 ha dont 374 de bois), 6 km à l'est de Thevet, contient le bois de Boulaise, un peu isolé dans ce paysage de cultures. La commune a eu plus de 1 300 hab. à la fin du 19e s. et au début du 20e s., et n'a pas cessé de se dépeupler depuis.

Un pays de La Châtre en Berry, dont le syndicat a été créé en 1996, groupe 51 communes des 4 cantons d'Aigurande, La Chapelle, Neuvy-Saint-Sépulchre et Sainte-Sévère (29 100 hab., 1 204 km2, deux communautés de communes) et ouvre une Maison des entrepreneurs et un hôtel d'entreprises. Le siège est à La Châtre.