Chelles

49 100 hab. dont 500 à part, 1 590 ha, commune et chef-lieu de canton de Seine-et-Marne dans l'arrondissement de Torcy, 4 km ONO de celle-ci. La ville est en limite de la Seine-Saint-Denis et au nord de la Marne, qui fixe la limite sud de la commune. La Marne est longée par le canal de Chelles, créé en 1865 de Vaires à Neuilly-sur-Marne, et la base nautique de Champfleuri, que Chelles partage avec Vaires. Juste au nord passe la voie ferrée Paris-Strasbourg. Une grande gare de triage de 1928 se tient presque entièrement dans la commune; entre elle et le canal se glissent les zones d'activités de la Trentaine et de Chelles-Vaires et la «zone urbaine sensible» de la Grande Prairie face à Gournay. Près du centre-ville, où passe la N 34, sont la gare RER de Chelles-Gournay, le marché et les restes de l'ancienne abbaye dans un parc urbain.

Chelles avait 2 000 hab. en 1865, 5 400 en 1911, et n'a cessé de croître, surtout après la création de la gare de triage: 14 700 en 1936, 28 400 en 1962, 41 800 en 1982; le rythme s'est néanmoins ralenti depuis cette date. La commune a quatre collèges publics et un privé, deux lycées publics dont un professionnel, un lycée privé, un centre de formation en apprentissage, un institut médico-éducatif; une clinique (70 lits) et deux maisons de retraite. La ville est fleurie (trois fleurs) et propose un musée d'archéologie et arts décoratifs.

Un grand centre commercial dit Chelles-II, avec un hypermarché Carrefour (175 sal.), a été aménagé le long de la gare de triage (zone d'aménagement concerté dite zac de l'Aulnoy). Juste au nord du centre-ville s'étale l'emprise du fort de Chelles (1874) dans un parc, entouré à l'est par trois lycées, au nord par la zone d'activités de la Tuilerie. Au nord-est se sont construits les quartiers résidentiels du Vieux-Colombier et de Chantereine. La partie septentrionale de la commune est occupée par le bois et le vaste quartier d'habitation des Coudreaux, dont l'axe est l'avenue des Sciences et qui jouxte les urbanisations de Montfermeil et de Courtry, ainsi que par le petit aérodrome de Chelles-Le Pin (XXY/LFPH), qui occupe 31 ha et assure quelque 20 000 mouvements par an; il est équipé de deux pistes en herbe de 650 et 600 m et d'un aéro-club avec école de pilotage et disposant de sept avions, et fait partie des Aéroports de Paris. Ce qui reste du bois des Coudreaux devrait être préservé et accueillir une Maison de l'Eau et de l'environnement; à l'ouest, le site du Sempin devrait devenir un parc paysager.

Au bord du canal, une centrale thermique mixte (fioul et gaz, 23 MW) est doublée d'une centrale de géothermie alimentée par l'eau chaude du jurassique (Dogger) pompée à 2 000 m de profondeur. Chelles n'accueille guère d'activités de production mais a des entreprises du tertiaire: négoces de boissons BLV (Rouquette, 120 sal.), d'électronique Bosch (90 sal.), transports par cars du Bassin Chellois (80 sal.), transports de fret Geodis (110 sal.), travaux publics TSO (440 sal.) et Jean Lefebvre (Eurovia, 150 sal.); magasins Leroy-Merlin (160 sal.), Carrefour Market (95 sal.), Intermarché (60 sal.), Monoprix (60 sal.), garage Peugeot (Metin, 100 sal.); blanchisserie Localis (90 sal.), nettoyage urbain Onyx (710 sal.) et Aubine (Veolia, 85 sal.), traitement des eaux CIG (100 sal.).

La ville est divisée en neuf quartiers. Elle est l'éponyme du chelléen, culture du paléolithique connue pour ses silex taillés en «coup de poing». Les îles de Chelles forment une réserve naturelle régionale de 5 ha. La municipalité emploie 1 300 personnes. Le maire de Chelles est depuis 1995 Jean-Paul Planchou, socialiste, économiste, ancien député, conseiller régional. Chelles est le siège de la communauté d'agglomération de Marne et Chantereine, groupement intercommunal de la Seine-et-Marne associant 4 communes, 70 400 hab. Le canton a 33 400 hab. et ne couvre qu'une partie de la commune, le reste relevant de celui de Vaires-sur-Marne.