Cirey-sur-Vezouze

1 790 hab. (les Loups), 1 639 ha dont 856 de bois, chef-lieu de canton de la Meurthe-et-Moselle dans l’arrondissement de Lunéville, 43 km à l’est de celle-ci. Le village, dont le nom a été complété en 1961, s’est fait connaître par sa manufacture de glaces, établie en 1801, dont provient l’actuelle verrerie Lhuillier Seyer, spécialiste de vitrages isolants (80 sal. en deux unités). Elle a eu aussi une faïencerie et compte quelques ateliers et scieries; un collège public, un hôpital local; château des 18e-19e s. avec parc. La population communale a culminé à plus de 2 900 hab. en 1931 et diminué depuis, mais s’est stabilisée depuis 1999. La communauté de communes de la Haute-Vezouze correspond au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 3 400 hab., 7 communes, 9 865 ha dont 6 991 de bois et se trouve à la pointe orientale du département, limitrophe de ceux de la Moselle, du Bas-Rhin et des Vosges. Il correspond au bassin supérieur de la Vezouze, sur le plateau boisé du grès vosgien, partagé entre quatre communes dont les finages s’allongent parallèles jusqu’aux crêtes. Le ban de Bertrambois (370 hab., 1 846 ha dont 1 517 de bois), dont le village est à 4 km NE de Cirey dans une clairière, s’étire sur 12 km le long de la limite départementale au nord, sur l’adret du ru de Châtillon, l’une des deux branches supérieures de la Vezouze; il inclut le hameau et la forêt de Saussenrupt; scierie Decker (20 sal.). Près de 1 400 hab. y ont été comptés en 1836; le déclin se poursuit (-40 hab. de 1999 à 2008).

Le territoire de Val-et-Châtillon (690 hab., 1 857 ha dont 1 570 de bois) traverse tout le canton, sur 13 km, sur l’ubac du ru de Châtillon; le village est à 2 km au SE de Cirey, au bord du Val, l’autre branche supérieure de la Vezouze; le château de Châtillon est dans la première vallée, à 3 km au NE de Val. Val et Châtillon ont été unies dès les années 1790 et avaient dépassé les 2 000 hab. en 1911; le déclin a été très ensible jusqu'en 1990.

Petitmont (380 hab., 1 760 ha dont 827 de bois) est juste en face de Val, et son finage s’effile en queue sur l’adret du ru de Val, où se trouve un refuge; la commune a eu plus de 900 hab. au 19e s. Enfin Saint-Sauveur (47 Salvatoriens, 1 916 ha dont 1 845 de bois) est un très petit village assez pittoresque perché au-dessus du Val, à 7 km SSE de Cirey, dans la forêt domaniale du Grand Cheneau; son ban suit la limite sud du canton, englobe la forêt domaniale de Bousson et s’achève à 720 m, point culminant du département, au-dessus de Raon-sur-Plaine et de la vallée de la Plaine.