Clerval

1 040 hab. (Clervalois), 1 183 ha dont 628 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Montbéliard, 35 km OSO de celle-ci, sur les deux rives du Doubs. Le village se tasse sur la rive gauche du Doubs au pied de la barre d erelief que la rivière entaille en défilé, mais le finage déborde largement sur la rive droite, où sont la gare, une zone d'activités et des lotissements de pavillons. Clerval bénéficie du passage de la N 83 et de la voie ferrée Belfort-Besançon et offre des maisons anciennes (16e s.), un château des 13e et 18e s.; musée des armes et du souvenir; collège public.

L’usine de plastiques Profialis Plastival (depuis 1953, au groupe belge Tessenderlo, 220 sal.) est spécialiste du pvc rigide pour le bâtiment et l’automobile; atelier de mécanique Streit (85 sal.); aide à domicile R Vital (20 sal.). L'A 36 franchit le Doubs et traverse la plaine alluviale au nord de la commune, mais sans accès. La population de Clerval n’a pas beaucoup varié en deux siècles, entre 900 et 1 200 hab., non sans oscillations de courte période; elle avait gagné 140 hab. dans les années 1990, mais a perdu une quarantaine d'habitants de 1999 à 2008.

Le canton a 5 700 hab., 23 communes et 20 163 ha dont 8 193 de bois; il déborde au peu au nord du Doubs, où passe l’A 36, et s’étend surtout au sud, où il est barré par la Côte qui prolonge celle de Besançon, et par le Lomont qui monte à 840 m; le plateau au sud du Lomont est drainé vers l’est par la Barbêche, petit affluent du Doubs, mais son réseau superficiel est désorganisé par le karst autour de Sancey-le-Grand et Belvoir. Santoche (80 Santochois, 215 ha), juste en amont de Clerval sur la rive droite du Doubs, est le siège du groupe Streit, constitué en 1968 et qui emploie au total 300 salariés à la production de composants mécaniques pour l’automobile, dont 100 à l’usine de Santoche, en plus de 85 de Clerval. Santoche a aussi un dolmen classé, et une fromagerie (Clerval, 180 sal.).

Pompierre-sur-Doubs (330 hab., 816 ha dont 252 de bois), est juste en almont de Santoche, et a gagné 50 hab. de 1999 à 2008; bief du canal du Rhône au Rhin. Anteuil (580 500 Anteuillois, 2 429 ha dont 1 135 de bois) a son village principal 6 km à l’est de Clerval au pied du pli de la Côte d’Amont, et une usine de pièces plastiques Delfingen (140 sal.) et une Maison de la Communication pour le développement industriel en milieu rural. La superficie communale, un peu inhabituelle en ces lieux, tient à une fusion de 1972 avec Glainans et Tournedoz, villages au sud-est au pied du Lomont.

À l'ouest, Chaux-lès-Clerval (200 Calcinois, 857 ha dont 477 de bois) est sur la rive gauche du Doubs au pied du relief, juste en aval de Clerval. Roche-lès-Clerval (100 Rochois, 534 ha dont 200 de bois) est à 3 km en aval, sous le flanc nord du Lomont; camping dans une île du Doubs (50 places).

De l’autre côté du Lomont mais à l’ouest du canton, Crosey-le-Petit (120 Croseliers, 960 ha dont 361 de bois), 9 km au sud de Clerval, cache un gouffre de 145 m de profondeur (puits de Poudry ou Pougery), vastes champs de dolines et lapiaz à l'ouest. Crosey-le-Grand (180 Croseys, 1 028 ha dont 291 de bois) est dans le même site, plus à l'est. Vellevans (200 hab., 1 354 ha dont 717 de bois) est au sud, à 495 msur le premier plateau, à 11 km de Clerval, et a de petites scieries; gouffre du puits des Alloz, au nord dans un vallon.

La partie méridionale du canton est très accidentée autour de la petite plaine de Voître, que draine le Voître vers l’ouest en direction du Cusancin et de Baume-les-Dames. Plusieurs villages se rassemblent à la limite orientale de la petite plaine. Sancey-le-Grand (1 020 Sancéens, 2 355 ha dont 969 de bois), 21 km au sud de Clerval, y étend son finage, qui englobe le hameau de Voître. La bourgade se tient à l’entrée d’une reculée et sert de petit centre local, doté de quelques commerces et un collège public et un privé; électronique Merem (40 sal.). La population de Sancey-le-Grand a augmenté entre 1950 (660 hab.) et 1990, mais a perdu 40 hab. après 1999. La commune abrite le siège de la communauté de communes du Vallon de Sancey, qui réunit 17 communes et 3 300 hab.

Sancey-le-Long (410 Sancéens, 702 ha dont 291 de bois) est à l’entrée d’une autre reculée juste au nord du précédent; le village a reçu dans les années 1930 une basilique néoromane à la gloire de la fondatrice des sœurs de la Charité, Jeanne-Antide Thouret, née au village. La commune contient à l'ouest le hameau de Sancey-l'Église, proche de Sancey-le-Grand; son finage occupe au sud-est la reculée de la Baume, au bout de laquelle sont les grottes de la Baume. Surmont (140 Surmontois, 738 ha) est sur le plateau de Belle Herbe, à l'angle sud-est du canton où le village domine la reculée de Voye qui descend vers Sancey-le-Grand.

Belvoir (100 Belvisis, 931 ha dont 306 de bois) est perché en belvédère juste au nord de Sancey-le-Long; le village propose un musée de la radio et du phonographe et un château féodal (en partie du 12e s.) sur un oppidum, où se tiennent des expositions. La montagne de Belvoir est un élément de plateau dominé par le Lomont et dominant la plaine de Voître; elle est à la source de la Barbêche, qui file vers l’est et rejoint le Doubs juste avant la cluse du Lomont.

Tout proche aussi mais en contrebas, Rahon (120 Rahonnais, 569 ha dont 268 de bois), a un château du 19e s. Vellerot-lès-Belvoir (120 hab., 604 ha dont 244 de bois) est juste au nord, au pied du Lomont, flanquée à l'est de Vyt-lès-Belvoir (180 Vytois, 754 ha dont 260 de bois). Vellerot acueille au sommet du Lomont, à 841 m, une tour de télévision. Vyt a reçu, sur la crête du Lomont qui barre au nord son horizon, 5 des 15 éolienens du champ du Lomont (10 MW, Energy Power Resources), dont les autres mâts s'étirent vers l'est jusqu'à Feule dans le canton de Pont-de-Roide. Le Lomont y monte à 835 m et le village se tient à son pied, bien exposé au sud.