Conches-en-Ouche

5 100 hab. (Conchois), 1 672 ha dont 812 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Eure dans l'arrondissement d'Évreux, 18 km OSO de la préfecture au bord du Rouloir, affluent de l'Iton. Ce chef-lieu du pays d'Ouche, au centre d'une étoile de routes, a été nommé à partir d'une relique de l'abbaye de Conques (Aveyron) confiée à l'abbaye bénédictine locale du 11e, qui subsiste en partie sous forme d'un hospice.

Doté d'un collège public et d'un hôpital local de 15 lits, le bourg offre un bel ensemble de ressources touristiques et il est réputé «station verte de vacances». Il s'orne d'une église flamboyante du 15e s., dont les vitraux du 16e ont été restaurés quatre siècles après par le Conchois François Decorchemont, spécialiste réputé. Le centre-ville a quelques belles maisons anciennes; porte gothique et jardin de l'hôtel de ville; maison des richesses de l'Eure, musée du terroir normand, musée du verre, de la pierre et des livres; arboretum au parc du Rouloir; ruines d'un ancien donjon; base de loisirs de la Noë, sur 25 ha avec un plan d'eau de 7 ha.

En revanche, l’emploi industriel est plutôt limité: seule s’y distinguent la chaudronnerie Agriandre (85 sal.), les imprimés et routage Soroudex (50 sal.), les emballages à façon du Conditionnement de Normandie (40 sal.) et les emballages plastiques Fors (25 sal.); supermarchés Carrefour (30 sal.) et Intermarché (60 sal.), Bricomarché (20 sal.). La population conchoise augmente régulièrement depuis plus d’un siècle et a encore gagné 800 hab. de 1999 à 2008. La ville est le siège de la communauté de communes de Conches, qui rassemble 27 communes et 18 200 hab.

Le canton a 16 900 hab. (14 700 en 1999), 25 communes, 24 639 ha dont 8 036 de bois; il s’étend entre la Risle à l’ouest et l’Iton à l’est, et inclut une grande partie de la forêt de Conches. Dans une clairière à 12 km à l’ouest de Conches, Le Fidelaire (1 000 hab., 3 355 ha dont 1 890 de bois) est la commune la plus boisée du département après Beaumont-le-Roger; sa population s'est accrue de 230 hab. entre 1999 et 2008. La Ferrière-sur-Risle (290 Ferrisiois, 24 ha), tout à l’ouest à 13 km de Conches, de loin la plus petite commune de la région par la superficie, se signale aussi par de belles halles en bois du 14e s. et le clocher-tour de son église (13e s.) et a gagné 40 hab. depuis 1999.

Au sud de Conches à 5 km, Nagel-Séez-Mesnil (330 hab., 1 172 ha dont 478 de bois) et Beaubray (290 hab., 1 543 ha dont 891 de bois) sont également des communes assez forestières et d’habitat dispersé. La première, issue d’une fusion de 1951 entre Nagel et Séez-Mesnil, a une fabrique d’emballages en bois (Sabbe, 20 sal.) et un transporteur (Richard-Desseaux, 50 sal.). Beaubray a une chapelle inscrite (les Minières, 16e s.) et un négoce agricole (Beuzelin, 25 sal.).

L’église de Ferrières-Haut-Clocher (1 070 Ferricloquins, 1 138 ha), 8 km au NE de Conches, a des fresques du 15e s.; la population communale a été portée à 1 005 hab. au recensement complémentaire de 2003. Sa voisine Portes (270 Portois, 944 ha), 8 km au nord du chef-lieu, accueille une chaudronnerie (Mecalynox, 25 sal.). Au nord-est, La Bonneville-sur-Iton est déjà dans le périurbain d’Évreux. Orvaux (520 Orvauxiens, 620 ha), 7 km ESE de Concles, touche à l'est à la vallée de l'Iton et à l'ancienne voie romaine entre Évreux et Breteuil; transports par cars AGP (40 sal.); Orvaux a gagné 140 hab. de 1999 à 2008 (+37%).