Conliège

730 hab. (Conliégeois), 605 ha dont 255 de bois, chef-lieu de canton du Jura dans l’arrondissement de Lons-le-Saunier, 5 km au SE de la préfecture dans la reculée de Revigny; sa population diminue depuis 1968 (970 hab.) et avait atteint 1 400 hab. en 1881; récupération de déchets Juratri (40 sal.). Un ermitage perché de 1605 est au nord du village, avec les restes d'une ancienne voie ferrée héroïque, dont le viaduc de Vertancul au nord-est, le tunnel dit des Cent Marches au sud-est et la galerie du Faite sur le plateau à l'est; belvédère des Tilleuls à l'est au-dessus du village.

Le canton a 6 100 hab., 17 communes et 14 918 ha dont 5 810 de bois et s’étend de la banlieue Est de Lons-le-Saunier à la Combe d’Ain, que dominent des crêtes montant à 750 m au NE (côte de l’Heute). Il s’étend donc surtout sur le premier plateau, vers 500 m, bordé de bois et vigoureusement entaillé par la reculée de Revigny. Revigny (280 Revignois dont 30 à part, 651 ha dont 315 de bois) est un petit village de fond de culée en amont de Conliège, 2,5 km au sud; il abrite un institut de rééducation d’enfants handicapés. Le Creux de Revigny est un diverticule spectaculaire de la reculée à l'est, dominé par le belvédère de la Guillotine, et par lequel montait la voie ferrée. L'autre diverticule, au sud, d'où sort le ruisseau de la Vallière, est moins accessible; le Retour de la Chasse est un petit hameau du plateau juste au sud.

Perrigny (1 590 Perrignois dont 65 à part, 889 ha dont 583 de bois), à la sortie de la reculée de Revigny, est, au contraire de Conliège, une banlieue de Lons-le-Saunier qui a connu une sensible croissance: 710 hab. en 1911, 1 200 en 1962, 1 600 en 1975; toutefois, la population n'augmente plus, et a même perdu 150 hab. de 1999 à 2008. Perrigny a un château du 15e s., une église inscrite, également du 15e s. La commune abrite deux instituts médico-éducatifs, plusieurs établissements industriels dont une usine SKF de roulements pour avions (360 sal.), un atelier de décolletage JTD (30 sal.), ainsi qu’une série d’activités de banlieue: supermarché Carrefour (35 sal.), viandes La Comtoise (45 sal.) et Gexal (25 sal.), surgelés Davigel (25 sal.) et Thiriet (20 sal.); plusieurs garages dont les poids lourds Renault (40 sal.) et un négoce d'équipements pour automobiles (Gadest, 25 sal.), plus un de vins (Jura Boissons, 30 sal.); transports Bouquerod (60 sal.) et Bonnicel (50 sal.); traitement des eaux de la Lyonnaise (45 sal.) et de déchets Sita (25 sal.).

Montaigu (570 Montacutains dont 65 à part, 710 ha), qui mérite bien son nom, est juché sur une étroite crête dominant Lons-le-Saunier et Perrigny au sud-est; la commune a quelques vignes (15 ha) et un institut médico-éducatif. C’est le pays de la famille de Rouget de l’Isle, dont on peut encore voir la maison.

Saint-Maur (200 Sanmauriens, 650 ha), Poids-de-Fiole (310 Féoliens, 649 ha), Nogna (240 Nognaviciens, 611 ha) et Publy (290 hab., 1 518 ha dont 546 de bois) occupent le sud du canton sur le plateau. Saint-Maur a une église inscrite, en partie du 12e s., et un promotoire avec tour d'orientation à la Croix Rochette (630 m); un monastère d e armélites s'est installé dans la commune en 2001. Poids-de-Fiole a reçu un lotissement de pavillons, et a gagné 50 hab. de 1999 à 2008; son nom viendrait de sept puits d'origine romaine dits puits de féole. Nogna est sur la route principale (D 678) qui descend vers Pont-de-Poitte dans le canton de Clairvaux. Publy a un château du 18e s.; à l'est, son ban domine le pays de Clairvaux par le puissant pli de la Grande Côte, qui prolonge au sud la Côte d'Heute, monte à 646 m, porte les ruines des châteaux de Beauregard au sud et de Binans au nord (restes des 12e-13e s.), et au pied duquel se tapit le hameau de Binans.

Vevy (260 Vivissois, 962 ha dont 398 de bois), 6 km ENE de Conliège sur le plateau à 510 m, a une fromagerie (Juragruyère, 120 sal.), de nombreux murgers etanciennes cabanes de bergers. Crançot (520 Crançotois, 1 437 ha dont 547 de bois), 9 km au NE du chef-lieu à 520 m, 11 km ENE de Lons-le-Saunier sur le plateau, a un finage qui domine les cirques de Baume au nord, et qui est tout aussi riche en murgers et cabanes à l'est; entreprise de vins et champagnisation (La Maison du Vigneron, 45 sal.), centre d’insémination de la race montbéliarde (Jura Bétail); un hameau domine la reculée de Baume à l'ouest du village, offrant points de vue et services.

Mirebel (240 hab., 1 663 ha dont 923 de bois) est tout au nord-est du canton sur le relief, à 580 m, dominée à l'est par le pli de la Côte d'Heute; ruines de château fort, église inscrite du 16e s.; le ban communal dépasse celle-ci vers l'est et atteint la rive droite de l'Ain aux Granges Bruant. Châtillon (120 Châtillonnais, 1 677 ha dont 704 de bois, à 500 m) et Blye (120 hab., 1 076 ha dont 298 de bois, à 475 m) sont dans la Combe de l’Ain, près de la rivière et plus proches de Clairvaux que de Conliège. Châtillon est construit sur les pentes d'une butte presque détachée du relief, couronnée par les ruines d'un ancien château féodal. Blye est sur le coteau qui domine la rive droite de l'Ain; juste au nord-est est le barrage de Blye-Charézier, construit en 1955 et doté d'une centrale électrique, qui assure à la commune un vaste plan d'eau de 56 ha partagé avec Châtillon et trois petites communes du canton de Clairvaux-les-Lacs. Blye et Châtillon ont chacune un camping, de 45 et 230 places respectivement; Châtillon a aussi un petit hôtel et davantage de résidences secondaires (une cinquantaine, presque la moitié des logements).