Coudekerque-Branche

22 900 hab. (Coudekerquois) dont 300 à part, 914 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Dunkerque, en banlieue SE de celle-ci. Elle bénéficie des voies ferrées de Dunkerque à Lille et à la Belgique, de l'autoroute A 16 et de la nationale 1 vers la Belgique, avec des échangeurs. Le fort Castelnau (17e et 18e s.) au bord du canal de Bergues. La commune est limitée au nord par le canal de Furnes. Son nom rappelle qu'elle fut détachée de Coudekerque après la bataille des Dunes (1658), le reste de la commune demeurant alors espagnol.

Équipée par la suite de canaux et d'écluses, elle a reçu des industries, surtout au 19e s. (filature, sucrerie, huilerie, raffinerie de pétrole, etc.), et elle conserve un patrimoine industriel étoffé. La ville est dotée de quatre collèges publics et un privé, d'un institut médico-éducatif (45 places), d'une école municipale des beaux-arts et d'une académie de musique ainsi que de l'ensemble culturel de l'Espace du Maître de Poste; clinique de Flandre (130 sal., 80 lits).

Ses principaux établissements de production sont une usine des huiles végétales Lesieur du groupe Saipol (270 sal.), l’usine chimique Borax des Talcs de Luzenac (groupe Rio Tinto, 50 sal.). La ville accueille aussi le conseil de gestion Capdune (130 sal.); Bureau Veritas (45 sal.), ingénieries Auxitec (45 sal.), Assystem (30 sal.); installations électriques Clemessy (100 sal.), distribution de chaleur Cofelys (Suez, 50 sal.), espaces verts Plaetevoet (30 sal.) ; un hypermarché Cora (340 sal.) et deux Intermarché (60 et 25 sal.) ; restauration Dupont (95 sal.), travail temporaire Nortec (160 sal.), gardiennage Main Sécurité (220 sal.), nettoyage Pro Impec (55 sal.), publicité Adrexo (130 sal.).

La commune avait 1 600 hab. en 1856 juste avant la création de Rosendaël, qui l’a fait chuter à 980 hab. en 1861 ; mais elle a poursuivi sa croissance et très vite atteint 2 000 hab. (1877) puis 5 000 (1898), 10 000 en 1926, 20 000 en 1960. Elle a culminé à 24 900 hab. (sdc) en 1975 et aurait perdu près de 1 600 hab. de 1999 à 2010. Le maire est depuis 2008 David Bailleul (divers gauche, ancien socialiste, 36 ans alors), qui l’a emporté sur l’ancien maire André Delattre (76 ans, socialiste, maire depuis 32 ans) dont il était naguère le colistier, et qui pour cela a été exclu du Parti socialiste.

Le canton, créé en 1982, a 47 200 hab., 2 communes, plus une fraction de Dunkerque, sur 2 117 ha dont 233 de bois; la seconde commune est Coudekerque-Village (1 200 Coudekerquois, 1 203 ha dont 300 de bois), 4 km SSE, dont la population croît depuis les 540 hab. de 1954, mais qui en avait eu plus de 700 au début du 20e s. La commune se nommait simplement Cudekerque avant 2008. Son territoire est bordé par le canal de Bergues à l'ouest et le canal de la Basse-Colme à l'est, et sillonné de watergangs; le fort Vallières, des 17e et 18e s., est au bord du canal de Bergues; golf de Dunkerque, négoce de jouets et cadeaux De Neuter (30 sal.). Les deux communes n'en formaient qu'une avant 1658, quand la bataille des Dunes a fait partager son territoire en une partie anglaise, relevant de Dunkerque et qui a pris le nom de «Branche» pour indiquer son détachement, et une partie espagnole relevant de Bergues et conservant le village ancien.