Courçon

1 650 hab. (Courçonnais), 1 911 ha, chef-lieu de canton de la Charente-Maritime dans l’arrondissement de La Rochelle, 32 km ENE de la préfecture. Le village a une église fortifiée, un collège public, une maison de retraite; il est dans la plaine d’Aunis, mais la commune comporte au nord une part du marais de Boëre, enserrant l’ancienne île de Nion, et atteint au NE la rive du Mignon. La population communale, qui avait atteint 1 300 hab. en 1881 puis était descendue à 850 en 1954, augmente depuis; elle a fait un bond de 540 hab. (+49%) entre 1999 et 2008. La communauté de communes du canton de Courçon correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 12 800 hab. (9 100 en 1999), 14 communes, 25 453 ha dont 2 730 de bois; il est limitrophe des Deux-Sèvres et de la Vendée, bordé à l’est par le Mignon et au nord par la Sèvre niortaise, et sa partie septentrionale est dans le Marais Poitevin, drainé ici par le canal de la Banche. Sa population est en forte croissance. Saint-Jean-de-Liversay a atteint 2 000 hab. Les villages de Taugon (760 Taugonnais, 1 570 ha) et de La Ronde (960 Rondelais, 2 079 ha), à 9 et 7 km au nord de Courçon, se tiennent sur d’anciennes îles au milieu du marais; ils ont gagné respectivement 140 et 210 hab. depuis 1999; maison du Parc à La Ronde, dont la commune atteint le confluent du Mignon et de la Sèvre; maison de retraite à Taugon. Juste au nord de Courçon, la commune de Saint-Cyr-du-Doret (580 Saint-Cyriens, 1 708 ha) distribue ses maisons sur une presqu’île au milieu du marais; maison de retraite (30 sal.); elle a gagné aussi 210 hab. depuis 1999, ce qui représente un saut de 57%.

Au sud du canton passe la N 11. Tout à l’est, au bord du Mignon non loin de Mauzé, les deux villages de Cram et Chaban ont formé dès avant 1794 la commune de Cramchaban (590 Cramchabanais, 1 606 ha), qui a gagné 60 hab. depuis 1999; constructions J. Mazet (25 sal.). La Laigne (300 La Laigniens, 426 ha), 5 km SSE de Courçon, est une petite commune qui conserve une église romane et qui est enfoncée en clairière dans la forêt de Benon, où est un arboretum; le château de Beaulieu (18e s.) est réputé pour ses grilles.

Benon (730 Benonais, 4 662 ha dont 2 264 de bois), 4 km au sud de Courçon, calque ses limites sur celles de la forêt, qu’elle englobe entièrement; tour ruinée, restes de l’abbaye cistercienne de la Grâce-Dieu à l’ouest du village, maison de retraite (30 sal.); Benon s'est accrue de 210 hab. (+40%) entre 1999 et 2008. Saint-Sauveur-d’Aunis (1 480 Liguriens, 1 966 ha), 8 km OSO de Courçon, fête l’escargot (cagouille) et a même une confrérie de la Cagouille depuis 1978; maintenance industrielle et mécanique Atlantic Services (50 sal.), emballages plastiques Isobox (40 sal.); sa population a augmenté de 380 hab. (+35%) de 1999 à 2008.

Le Gué-d'Alleré (670 Gué-d'Allériens, 755 ha) est à 8 km SSO de Courçon; manoir du 17e s. à Rioux, à l'ouest du village; la commune a gagné 150 hab. depuis 1999. Angliers (800 Anglésiens, 1 974 ha) tient l'angle sud-ouest du canton de l'autre côté du canal du Curé, à 13 km OSO de Courçon; elle a deux manoirs du 18e s., nommés Logis de Ré et Château de Ré; sa population s'est accrue de 430 hab. entre 1999 et 2008, ce qui représente un record local de +117%! La N 11, traitée en voie rapide, passe au nord du finage et frôle le village voisin de Nuaillé-d’Aunis (1 010 hab., 1 647 ha), 11 km OSO de Courçon, qui a des marais drainés par le canal du Curé et a gagné 370 hab. depuis 1999, soit +58%; scierie et panneaux Baillarguet (25 sal.).