Dannemarie

2 400 hab. (Dannemariens), 435 ha, chef-lieu de canton du Haut-Rhin dans l’arrondissement d’Altkirch, 10 km à l’ouest de celle-ci, dans le Sundgau sur la route de Belfort, à l’entrée de la porte d’Alsace ou de Bourgogne. Le nom signifie Sainte-Marie et fut en allemand Dammerkirch (même sens, église de dame Marie). La population a augmenté entre 1954 (1 200 hab.) et 1975 (2 000) et plafonnait depuis, mais a gagné plus de 300 hab. de 1999 à 2007. Campée au bord de la vallée de la Largue, qui fixe la limite occidentale du territoire, la bourgade bénéficie aussi de la voie ferrée (dont deux viaducs ont été plusieurs fois victimes des guerres) et du canal du Rhône au Rhin, qui toutefois reste à l’extérieur de sa limite nord, port et écluse étant à Wolfendorf.

Elle est en partie orientée vers le bassin d’emploi de Belfort-Montbéliard, qui lui vaut une usine Peugeot de pièces pour cycles et motos (210 emplois) et une petite tréfilerie (Voco, 25 sal.). C’est aussi un centre de services avec commerces, supermarché U (70 sal.), collège public, hôpital local (8 lits), centre d’aide par le travail, institut médico-éducatif. Au sud-ouest, une petite zone d’activités est sur le site d’une ancienne motte castrale, près de la Petite Forêt qui occupe le versant droit de la Largue.

La ville est le siège de la communauté de communes de la région de Dannemarie, la plus large du département avec 33 communes (13 300 hab.), qui dispose d’un excellent site http://www.cc-porte-alsace.fr/. Le nom officiel est souvent remplacé par celui de «Porte d’Alsace». Le canton de Dannemarie, limitrophe du Territoire de Belfort, a 11 700 hab. (30 communes, 13 225 ha dont 3 526 de bois); il est traversé par le canal du Rhône au Rhin et la voie ferrée de Belfort à Mulhouse; l’A 36 l’effleure au nord; le chef-lieu est excentré vers le SE; aucune autre commune n’atteint 2 000 habitants.