Ensisheim

7 100 hab. dont 100 à part, 3 659 ha dont 1 153 de bois, chef-lieu de canton du Haut-Rhin dans l’arrondissement de Mulhouse, 15 km au nord de Mulhouse, au confluent de l’Ill et de la Thur à la limite NE du Bassin Potassique. C’est une ancienne capitale des Habsbourg, dont le palais de la Régence, du 16e s., a reçu un temps le Parlement (conseil souverain d’Alsace) au lendemain du traité de Westphalie (1648), avant son transfert à Colmar.

La vieille ville est sur la rive droite de l’Ill et porte encore la trace de ses anciens fossés. Elle offre un large éventail patrimonial: hôtel de ville et maisons du 16e s., hôtel de la Couronne (début du 17e), promenade des remparts, trois musées: fouilles, néolithique (sépultures, céramiques rubanées) et un gros aérolithe de 55 kg tombé aux environs en 1492; musée historique de la Régence; musée du mineur; parc de loisirs, avec plan d’eau. La ville est également dotée d’un hôpital et d’un collège publics et d’une maison centrale de détention; cave coopérative vinicole; hôtel du Domaine du Moulin (35 sal.).

Ensisheim est devenue un bourg de services et de résidence ouvrière, avec quelques ateliers et des établissements accueillis au titre des reconversions du Bassin Potassique: systèmes de guidage linéaire THK (japonais, 400 sal.); machines-outils Krause (Thyssenkrupp, 170 emplois, groupe allemand); mais la fabrique de cédéroms MAM (Manufacturing Advanced Media Europe, ex-Mitsui, 180 sal.), apparue en 1997, produisant 30 millions de disques par an, puis passée au groupe italien Italcard, a été fermée. De moindre taille sont les fabriques de papiers d’emballage Mupa (45 sal.), d’armes Nemrod Franconia (40 sal.), de machines-outils Somex (40 sal.), de menuiserie métallique Samson (30 sal.), de sièges de bureau (Sedus, 30), de produits en béton KP1 (50 sal.); isolation (Sempatap, 25), peinture Bader (30 sal.), constructions LGTP (30 sal.), réseaux électriques Sobeca (25 sal.); transports Kessler (100 sal.), Richert (35 sal.), Exapaq (35 sal.); Intermarché (25 sal.), Simply Merket (20 sal.), négoce d’emballages Cenpac (45 sal.); travail temporaire Alsace Intérim (25 sal.).

L’habitat urbain s’est surtout développé vers le sud-ouest où s’est construite la cité Sainte-Thérèse du Bassin Potassique, et plus récemment vers le nord-ouest , où une zone industrielle a été ouverte de l’autre côté de la Thur. Un grand plan d’eau longe la Thur dans les anciennes installations minières de Sainte-Thérèse. La croissance a été beaucoup plus limitée à l’est, dans le faubourg Saint-Martin et l’axe de l’Octroi. L’extrémité sud-ouest du finage est boisée; vers le sud-est le territoire communal s’étend loin dans la forêt de la Hardt, que traverse l’ancien canal du Rhône au Rhin, et que longe au nord l’ancien canal d’évacuation des mines de potasse. L’A 35 passe entre la ville et la forêt et offre un échangeur avec la D 2.

La ville anime la communauté de communes du Centre Haut-Rhin (9 communes, 12 900 hab.). Sa population, qui était de 3 000 hab. en 1876 et 4 000 en 1954, continue à croître depuis (+ 400 hab. de 1999 à 2007). Le canton d’Ensisheim a 25 500 hab. (23 200 en 1999) et 17 communes sur 26 624 ha (5 807 de bois), ce qui en fait le deuxième d’Alsace par l’étendue; il englobe le nord de la Hardt et va du Bassin Potassique (Pulversheim) au Rhin (Fessenheim), atteignant au nord le canton de Colmar et au sud l’agglomération de Mulhouse, mordant au sud-est sur la forêt de la Hardt. L’Ill et l’A 35 le traversent à l’ouest dans le sens sud-N. L’aérodrome de Colmar-Meyenheim est dans le canton.