Esvres

4 540 hab. (Esvriens), 4 234 ha dont 900 de bois, commune d'Indre-et-Loire dans le canton de Chambray-lès-Tours, 14 km au SE de Tours, ancien chef-lieu de canton. Elle a abandonné son ancienne désignation Esvres-sur-Indre. Le centre est sur la rive droite de l'Indre, face à son confluent avec l'Échandon qui vient du sud. Il est tassé autour de l'ancien château démantelé qui fait citadelle habitée et a conservé des restes de tours et de remparts et une grosse fuie; église du 12e s. avec des éléments du 7e-8e s. en remploi et un portail du 17e, centre de sports avec piscine et tennis au bord de l'Indre, gare et supermarché Atac (30 sal.); collège public.

Son finage s'étend surtout au nord de l'Indre mais la déborde vers le sud de part et d'autre de la vallée de l'Échandon, où se cache un pont du 13e s. Il s'orne de plusieurs châteaux, notamment Vaux (19e s.), la Dorée (17e) et Vaugrignon (15e et 19e s., avec chambres d'hôtes dans un parc de 15 ha), et des manoirs; grand bois de la Duporterie et une partie de la forêt de Larçay au nord, où passe l'autoroute A 85 et où a été aménagé le nouveau cimetière paysager de Tours, au dessin ingénieux, avec crématoire. Une zone industrielle au bord de la N 143 Tours-Loches occupe 500 personnes; ingénierie Alstom Power (ex-Cegelec, 110 sal.), métallerie de cuivre et laiton Esvres Matriçage (75 sal., ex-Sourdillon), traitements de surfaces et métallerie Azynox (40 sal.), mécanique Serop (40 sal.), menuiserie GTH (30 sal.), négoce d'électronique Kaorka (20 sal.), travaux publics Eiffage (100 sal.).

Esvres abrite aussi le siège tourangeau de la communauté Emmaüs, deux groupes de cliniques neuro-psychiatriques (Domaine de Vontes, 100 et 25 sal. à Vontes et Champgault, groupe Medidep, dans un parc de 10 ha; SHM au château de Monchenain, 30 sal., dans un parc isolé de 27 ha), plus les bureaux de la Caisse des Retraites des ingénieurs, cadres et assimilés (Crica Retraites Unies, 200 sal., groupe Réunica) au château de la Dorée, qui gèrent les pensions des cadres des régions Centre et Pays de la Loire. Ce château, à présent flanqué de deux grands bâtiments de bureaux, a eu pour originalité d'appartenir à la famille de Lucien Bonaparte, puis à un comte féru d'expérimentation viticole, et de loger Mata Hari en 1910 et 1911. Au site de Vontes, un peu en amont du bourg, des moulins réaménagés abritent un festival du cinéma «Rivières, terroirs, cultures»; restes d'un prieuré (14e s.) et nouveaux lotissements.

La commune est le siège de la Confrérie du Noble-Joué, vin gris des abords méridionaux de Tours, de Joué à Esvres; elle cultive 36 ha de vignes. La population communale croît depuis les années 1920 où elle était d'environ 1 600 hab., un peu inférieure à celle du milieu du 19e s. (entre 1 800 et 1900 hab.); elle a atteint les 2 000 hab. en 1962, les 4 000 (sdc) en 1981 et a ensuite ralenti sa croissance, gagnant 180 hab. de 1999 à 2008.