Fayence

4 300 hab. (Fayençois), 2 768 ha dont 2 000 de bois, chef-lieu de canton du département du Var dans l'arrondissement de Draguignan, 32 km ENE de celle-ci. La ville conserve un château du 12e s., des tours sarrasine et de l'horloge et des portes de ville, une chapelle des 10e-12e s. Elle offre un écomusée agricole, un musée 1900 (le Four du mitan), un musée historique (Une semaine en août), une maison des Arts et un théâtre de verdure; collège public et maison de retraite (Medotels, 70 sal.), supermarché U (50 sal.), autocars Les Rapides du Var (60 sal.). L'aérodrome de Tourettes-Fayence, dans la commune, dispose trois pistes gazonnées de 830, 800 et 600 m, utilisées notamment par un grand centre international de vol à voile; centre naturiste de Tuquette. De 2 600 hab. en 1931, la population communale est lentement descendue à 1 200 hab. en 1931 et encore en 1954, puis a sensiblement augmenté, passant à 2 100 en 1975, 3 500 en 1990. Elle a encore gagné 620 hab. entre 1999 et 2007. La commune avait plus de 800 résidences secondaires en 1999.

Le canton a 18 100 hab., 8 communes, 35 896 ha dont 19 883 de bois et s'étend dans les Plans de Provence à l'est du département; il est limité à l'est par le cours de la Siagne, au sud par celui du Reyran, et contient le lac de Saint-Cassien. Seillans est à l'ouest de Fayence, Tourrettes juste à l'est, Callian et Montauroux un peu plus loin à l'est. Mons (680 Monsois, 7 663 ha dont 3 812 de bois), «village de caractère du Var», est à 16 km au NNE de Fayence, à 804 m; elle propose un magnifique belvédère de sa grand place, une tour sarrasine et un musée Marine et Montagne (maquettes en allumettes). Son finage monte à 1 426 m au nord-ouest à la montagne du Malay et va en pointe au nord dans le vallon du Fil (haute Siagnole) jusqu'aux 1 715 m du mont Lachens. Il est parcouru du nord au sud par la Siagnole, qui débouche dans les gorges de la Siagne, et contient des sources et l'aqueduc romain de Rochetaillée, qui amenait les eaux jusqu'à Fréjus; les châteaux de Beauregard au sud (jardins du 18e s.) et de la Lubi à l'extrême nord; chapelle Saint-Pierre, dolmen des Riens, bourg castral d'Avaye. La partie occidentale de la commune est dans le camp de Canjuers. Mons a eu plus de 1 000 hab. dans les trois premiers quarts du 19e s., 230 seulement autour de 1970; sa population s'accroît depuis et a gagné près de 200 hab. entre 1999 et 2007; à quoi Mons ajoute 420 résidences secondaires (pour 280 résidences principales).

Tanneron (1 300 Tanneronnais, 5 278 ha dont 4 424 de bois) est la commune la plus orientale du canton, à 24 km ESE de Fayence et 19 km au NO de Cannes; elle est réputée pour ses mimosas. Le grand barrage de Saint-Cassien est dans la commune, sur le Riou Blanc, petit affluent de la Siagne, et son lac borde à l'ouest le territoire communal; édifié en 1965, il est haut de 66 m et retient 60 Mm3; le lac s'étend sur 450 ha. Sur la Siagne, qui fixe la limite nord de la commune, le barrage de Tanneron retient un petit lac. Le petit massif du Tanneron, partie de l'Estérel, monte à 519 m au sud-est; bourg castral du 13e s. au Peygros, anciennes mines de la Font Sancte au sud. La commune a été créée en 1835 à partir de Callian, avec 830 hab. puis sa population a faibli de 1880 à 1931 (450 hab.), et un peu repris ensuite, surtout après 1975 (+165 hab. de 1999 à 2007).

Saint-Paul-en-Forêt (1 200 Saintpaulois, 2 026 ha dont 900 de bois) est à 8 km au sud de Fayence, dans une petite clairière. L'Endre y a sa source et coule dans la partie méridionale de la commune. À l'ouest, un barrage est établi sur le Riou de Méaulx, dont le lac du Rioutard est partagé avec Fayence et Seillans. Le finage contient les châteaux Rémillier et Grime; autour de ce dernier se crée depuis 2006 un complexe résidentiel et de golf du promoteur allemand Dietmar Hopp, déjà fondateur du complexe de Terre Blanche à Tourrettes. La commune a été créée en 1824 à partir de Fayence, avec 470 hab. et sous le nom de Saint-Paul, qu'elle a complété en 1920; sa population était descendue à moins de 200 hab. entre 1931 et 1951 puis s'est mise à croître, surtout après 1980; 220 résidences secondaires et 130 places de camping.