Fère-en-Tardenois

3 340 hab. (Férois), 2 040 ha dont 680 de bois, chef-lieu de canton de l’Aisne dans l’arrondissement de Château-Thierry, 26 km NNE de celle-ci, sur la rive droite de l’Ourcq. Le bourg a des halles de 1540 et une gare; la sculpteure Camille Claudel y est née en 1864. Au nord dans les bois, près d’un marais et d’étangs, s’isolent sur une grosse butte artificielle les ruines du château fort du 13e s., prolongées par un pont-galerie renaissance (16e s.), formant un ensemble très original dans lequel on a vu comme une préfiguration de Chenonceau, et complété par une hostellerie (25 sal.).

La ville a un collège public, et des ateliers: usine de matériel ferroviaire Vossloh Cogifer (140 sal.), caoutchoucs et plastiques Boa Flexible (groupe Tubest, 150 sal.), boulangerie industrielle des Fruits de la Moisson (40 sal.), stockage et négoce de fournitures industrielles Viquel (25 sal.); supermarché U (45 sal.); maison de retraite médicalisée pour handicapés (groupe Orpea, 55 sal.). La commune avait 2 700 hab. en 1906; descendue à moins de 2 200 en 1936, sa population est ensuite remontée, passant les 3 000 en 1975; elle oscille depuis, et a perdu 50 hab. de 1999 à 2008. Fère est le siège de la communauté de communes du Tardenois (20 communes, 7 500 hab.).

Le canton a 9 500 hab. (8 900 en 1999), 23 communes, 26 918 ha; limitrophe du département de la Marne, il est aux sources de l’Ourcq, et traversé au sud par l’autoroute de l’Est et la nouvelle ligne de TGV; il compte plusieurs massifs forestiers, dont la forêt de Fère au sud et la forêt de Nesles au nord. À l’extrême SE dans un vallon près d’un échangeur autoroutier, Villers-Agron-Aiguizy (100 hab., 1 279 ha), 16 km ESE de Fère, abrite le golf de Champagne et un accès de l’autoroute de l’Est (A 4) avec péage; Villers-Agron s’est associée à Aiguizy en 1819, qui avait alors 50 hab. mais ne subsiste plus que sous la forme d’une ferme isolée dans un vallon à l’extrémité nord-orientale du finage; le hameau de Berthenay est un peu au sud d’Aiguizy. Seringes-et-Nesles (300 hab., 1 349 ha dont 469 de bois) associe depuis les années 1790 deux villages à 2 et 4 km ENE de Fère; forêt et ruines du château de Nesles, qui était carré et garni de huit tours; il en reste le donjon et la base des tours; château et cimetière américain à Seringes, qui a gagné 60 hab. après 1999.

Saponay (260 hab., 993 ha) est 3 km à l’ouest de Fère et participe à ses activités: maçonnerie Colot (45 sal.), vente de matériaux BigMat (20 sal.); elle a une église classée du 13e s. et des vestiges (inscrits) d’un château du 13e s. Bruyères-sur-Fère (220 Bruyérois, 905 ha), 5 km à l’ouest du chef-lieu, ajoute au petit village les deux hameaux de Trugny et Givray dans la vallée de l’Ourcq, entourés de grottes et encadrant l’ancienne abbaye du Val Chrétien (12e s.), dont les ruines partiellement réaménagées abritent un gîte rural. Nanteuil-Notre-Dame (70 hab., 372 ha), qui lui fait suite vers l’ouest au confluent de l’Ourcq et de son affluent de gauche l’Ordrimouille, a une église classée du 12e s.

C’est à Villeneuve-sur-Fère (290 hab., 1 030 ha dont 417 de bois), 4 km au SO du chef-lieu, que naquit en 1868 l’écrivain Paul Claudel; chaos de blocs de grès dit «la Hottée du Diable» au bois de la Tournelle, au sud du village; la commune s’est accrue de 60 hab. après 1999. Coincy (1 290 Conciaciens, 1 724 ha dont 442 de bois), 9 km OSO de Fère dans la vallée de l’Ordrimouille, affluent de gauche de l’Ourcq, sert de petit village-centre en relais du chef-lieu; église à fresques (classée, 12e s.), statues et vitraux de qualité; restes d’une ancienne abbaye du 11e s.; sa population a augmenté de 90 hab. entre 1999 et 2008. Un peu au sud à Brécy (350 Bréçois, 998 ha dont 449 de bois) dans la même vallée, autre église classée du 13e s. et jardin botanique du Clos Joli, roche gravée (classée) du 12e s. dans les bois; château du Buisson (13e, 16e et 18e-19e s.) au nord sur le coteau de l’Ordrimouille, château de Jouvence à l’ouest dans le bois de Romont.