Garde (La) (Var)

25 600 hab. (Gardéens) dont 310 à part, 1 554 ha, chef-lieu de canton du département du Var dans l’arrondissement de Toulon, juste à l’est de la préfecture. La commune dispose de 1 500 m de côte sur la Grande Rade de Toulon, entre le fort Sainte-Marguerite, qui est sur la pointe de même nom, où fut un bourg castral, et la pointe du Port Méjean; elle inclut ainsi l’anse de Magaud et les rochers d’escalade de la Terre Promise. L’ancien village s’accroche en croissant à une petite butte d’andésite; musée Jean Aicard en hommage à l’écrivain régional, académicien, né à Toulon (1848-1921); ancien château; lycée public, centre hospitalier (140 lits) et centre de gérontologie (200 places), centre médico-psychologique.

Le territoire communal s’allonge vers le nord-est et le centre-ville est à 3 km de la station balnéaire; échangeurs et zone industrielle tout au nord-est, avec gare; golf de Valgarde à l’est, zone protégée (znieff) du Plan de la Garde. Le territoire est drainé par l’Eygoutier, qui vient de La Crau puis coule parallèlement à la mer jusqu’à la petite rade de Toulon. La commune, dont le nom s’est jadis écrit Lagarde, avait déjà 2 500 hab. en 1830; montée à 3 400 hab. en 1891, sa population a ensuite diminué un peu puis a repris dès les années 1920; elle est passée à 5 000 hab. en 1954, 10 000 en 1970, 20 000 en 1984. Elle est estimée à 25 600 (sdc) en 2005, ce qui témoignerait d’un net freinage de la croissance. Le canton a 36 300 hab., 2 551 ha dont 327 de bois; l’autre commune est Le Pradet, créée à partir de La Garde en 1894.