Givry-en-Argonne

480 hab. (Givryens), 766 ha dont 314 de bois, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l’arrondissement de Sainte-Menehould, 16 km au sud de celle-ci. Givry est une ancienne seigneurie, refondée comme villeneuve en 1226, avec des franchises de bourg; François Ier lui octroya des foires en 1530; les étangs étaient exploités alternativement en assec et pour la pêche. On a fabriqué à Givry des toiles au 19e s., et des machines à battre jusque dans les années 1960; c’est aussi le pays natal d’Eugène Delacroix. Sous le label de «station verte», le village met en valeur un bel étang et son finage s’étend dans la forêt de Belval; commerces et services de base, campings et maison de la voile au bord de l’étang, centre de vacances du Val d’Ante (80 lits); silos et atelier de ferronnerie-serrurerie et traitement du bronze (Ferri, 65 sal.). La population a diminué de 1968 (610 hab. sdc) à 1999. La communauté de communes de la région de Givry-en-Argonne associe 19 communes (2 300 hab.).

Le canton a 3 100 hab., 23 communes et 34 389 ha. Il atteint à l’est la limite du département de la Meuse, tout en étant proche de Suippes au NO, et se déploie ainsi sur 40 km. Noirlieu (130 hab., 1 373 ha) est au pied de la côte de Champagne (crête de la Serre) à 7 km à l’ouest de Givry, près de l’étang de Noirlieu (40 ha) à la source de l’Ante; l’étang est au centre d’une zone de protection des oiseaux (Znieff de 55 ha).

Épense (110 hab., 1 132 ha) est juste au nord dans la même situation, et comprend une partie du grand étang de Roussi Pré. Toutes deux partagent avec Dommartin-Varimont (140 hab., 2 360 ha), qui est un peu plus à l’ouest dans la vallée de l’Yèvre et formée par deux villages distincts, l’ex-Dommartin-sur-Yèvre en aval et Varimont en amont, réunis en 1965, deux parcs de 14 éoliennes (17 MW) et 5 éoliennes (16 MW) juchés sur la Crête de la Serre, qui est un fragment de la Côte de Champagne. Somme-Yèvre (110 hab., 2 157 ha) au sud de Varimont, Dampierre-le-Château (110 hab., 1 113 ha) au nord de Dommartin sont également dans la petite vallée de l’Yèvre, qui dédouble la côte de Champagne.

La moitié occidentale du canton est dans les collines de la craie, traversées tout au NO par la N 3 et l’A 4. Auve (260 hab., 2 330 ha) est un village de Champagne crayeuse sur la N 3, avec quelques commerces, à la source de l’Auve qui rejoint l’Aisne à Sainte-Menehould, et une maison familiale rurale. La voie du TGV-Est passe à Auve et au nord du canton, en contournant par le sud le massif argonnais. Tilloy-et-Bellay (230 Tillotins, 1 934 ha) est sur la même route à 6 km OSO d’Auve, et également traversée par la LGV et l’autoroute au nord. Saint-Remy-sur-Bussy (350 Remillons, 3 465 ha) est la commune la plus occidentale du canton, à la source de la Noblette, 11 km au SSE de Suippes.

Le partie orientale du canton est en Champagne humide. Le Châtelier (65 hab., 1 070 ha dont 751 de bois), juste au SE de Givry, inclut en forêt l’étang de la Rouillie, associé à celui de Belval dans une réserve naturelle; la commune avait 90 hab. en 1999. Au nord de Givry, se suivent sur le cours de l’Ante les communes de La Neuville-aux-Bois (170 hab., 1 448 ha dont 558 de bois), Le Vieil-Dampierre (100 hab., 1 378 ha dont 653 de bois) qui a une fabrique de merrains (Merrains de France, 20 sal.) et conserve des mottes féodales (inscrites), Ante qui fait partie de la commune de Sivry-Ante (190 hab., 2 160 ha dont 484 de bois), à laquelle elle a été rattachée en 1967 et dont le village principal Sivry est un peu plus à l’ouest. Ces communes s’étendent à l’est dans les bois parsemés d’étangs, du bois de Horgnes au nord à la forêt de Belval au sud.

À l’est de Givry, la forêt de Belval est le legs d’une ancienne marche entre Champagne et Lorraine; Belval-en-Argonne (56 Belvalois, 1 217 ha dont 567 de bois), 10 km à l’est de Givry, se trouve ainsi plutôt du côté lorrain; la commune bénéficie du grand étang de Belval (200 ha), inclus dans une réserve Natura 2000 de 279 ha. Juste au nord, Les Charmontois (140 hab., 1 465 ha dont 353 de bois, élevages porcins), deux petits villages dont l’un est le-Roi et l’autre l’Abbé, sont dans la même situation. L’Aisne frôle le territoire de Belval à l’est et traverse celui des Charmontois.