Goutte-d'Or-Château-Rouge

quartier du 18e arrondissement de Paris, au centre-sud; il est situé entre la rue de Clignancourt à l'ouest et les voies ferrées de la gare du Nord à l'est, les boulevards de Rochechouart et de La Chapelle au sud. Il est traversé du sud au nord par le boulevard Barbès et la rue des Poissonniers. Au sud-est, l'église Saint-Bernard-de-La-Chapelle, à haute flèche et de style néogothique flamboyant, est de 1861; elle voisine avec le square Léon.

Le quartier comprend le collège public Georges-Clemenceau (370 élèves), le centre culturel moderne Fleury-Goutte-d'Or-Barbara des Musiques actuelles, et rue Léon un Institut des cultures d'Islam (ouverture en 2012) et les salles de spectacle du café-bar Olympic et du théâtre du Lavoir Moderne Parisien (100 places), à l'emplacement d'un ancien lavoir décrit par Zola dans L'Assommoir — le quartier s'orne d'ailleurs d'une place de l'Assommoir au sud-ouest.

Il est desservi par les stations de métro Barbès-Rochechouart, Château-Rouge et Marcadet-Poissonniers. En partie dégradé, mais rénové sur près de la moitié de son étendue depuis 1981, le quartier est presque entièrement inclus dans une zone urbaine sensible de la Goutte-d'Or, de 37 ha et 23 200 hab., qui se remarque par son taux record d'habitants nés à l'étranger (35%) de personnes sans aucun diplôme (26%) et de retards scolaires (26%) et dont la population est d'origines particulièrement diversifiées.

Le secteur populaire de la Goutte d'Or s'est formé comme hameau après 1814 juste au-delà de l'ancienne enceinte des Fermiers généraux, au sein de la commune de La Chapelle-Saint-Denis. Le rue de la Goutte-d'Or (400 m) en rappelle le nom, qui aurait un rapport avec les anciennes vignes produisant un vin blanc que l'on servait dans les estaminets. Le Château-Rouge est le nom d'un autre habitat populaire; il vient d'une ancienne grosse maison de brique rouge de 1780 située rue de Clignancourt, qui abrita entre autres une salle de bal; elle fut le siège du comité de quartier de la Commune et fut démolie en 1881; le nom est resté. Il est porté par une petite place sur le boulevard Barbès, et la station de métro Château-Rouge, de la ligne 4 (1908), qui y débouche; mais la rue du Château-Rouge a été rebaptisée rue Poulet, du nom de l'un des lotisseurs de terrains. Ce Château-Rouge ne doit pas être confondu avec un homonyme qui était situé rue Galande (5e arrondissement) et dont l'histoire fut liée à Gabrielle d'Estrées; la confusion est cependant entretenue par le relevé des rues de la capitale dans le site officiel de la mairie de Paris.