Granges-sur-Vologne

2 350 hab. (Gringeauds), 2 964 ha dont 1 924 de bois, commune du département des Vosges dans le canton de Corcieux, 11 km au SO du chef-lieu, 12 km au NO de Gérardmer; «sur Vologne» est une mention obtenue en 1917. Le bourg est à 490 m dans une petite plaine à la sortie de la «vallée des Granges», qui correspond à la vallée glaciaire étroite, profonde et rectiligne des gorges de la Vologne. Le relief culmine à 883 m au sud. La commune, qui est dans le parc régional, a une fonction touristique. Elle n’a pas d’hôtel, et n’a qu’assez peu de résidences secondaires, mais elle offre cinq campings (320 places en tout).

La tradition textile est poursuivie par l’ennoblissement textile Garnier Thiébaut (35 sal., à cheval sur Gérardmer), les textiles TGV (Tradition des Vosges, 25 sal.), et à sa manière par la fabrique de papier de vaisselle jetable Le Nappage (80 sal.). La ville a un collège public, un beau et vaste jardin botanique à Berchigrange, au sud de la commune; des pistes de ski de fond sont tracées. La population a culminé à 3 800 hab. autour de 1900 et décline depuis; la commune a perdu 140 hab. de 1999 à 2008. Elle est le siège de la communauté de communes des Monts de Vologne (6 communes, 3 600 hab.).