Gravelines

11 900 hab. (Gravelinois) dont 310 à part, 2 266 ha, chef-lieu de canton du département du Nord dans l'arrondissement de Dunkerque, 17 km OSO de celle-ci. La vieille ville était un bourg fortifié sur la rive droite de l'Aa, tout près de l'embouchure, servant d'avant-port à Saint-Omer, pour la pêche et le transit des sels, fruits et vins. Elle reste entourée par les murailles de brique et pierre (16e au 19e s.), la Porte aux Boules, leurs six bastions, les larges douves, contregardes et demi-lunes redessinées par Vauban et enjolivées par l'espace vert de la Pépinière. À l'un des angles subsiste la Poudrière, ancien arsenal de Charles-Quint transformé en musée du dessin et de l'estampe originale. La ville est fleurie (trois fleurs) et offre une maison du Patrimoine, un beffroi récent (19e-20e s.), une église du gothique flamboyant, une grande citerne du 18e siècle (1 400 m3).

Son territoire borde la mer du Nord entre l'Aa et l'avant-port Ouest de Dunkerque, qu'elle partage avec Loon-Plage. L'urbanisation de style balnéaire relie Gravelines à la mer sur la rive droite de l'Aa, et se termine sur la plage par la station de Petit-Fort-Philippe, reconstruite après 1945 et accompagnée d'un port de pêche. Elle a reçu le complexe de sports et loisirs Sportica, un port de plaisance de 410 anneaux. Elle conserve un ancien phare de 1843, et le petit moulin Lebriez, en bois et à pivot, venu d'Oye-Plage. Elle a aussi une station de pompage des Wateringues (Rivière d'Oye, 5 m3/s). Toutefois, l'activité touristique est limitée: Gravelines a un camping de 170 places et trois hôtels (65 chambres) mais très peu de résidences secondaires. La commune avait déjà plus de 5 000 hab. en 1840 et sa population était montée à 8 400 hab. en 1881 avant que Grand-Fort-Philippe en soit détachée (1883). Elle n'en avait que 5 400 hab. vers 1930 puis le nombre des habitants a augmenté jusqu'en 1999; mais il aurait baissé de 900 hab. entre 1999 et 2010.

Sur la côte a pris place la grande centrale nucléaire EdF de Gravelines, forte de six réacteurs de 900 MW chacun et produisant annuellement 38 000 GWh; c'est ainsi la plus puissante usine électrique de l'Union européenne. La première tranche est entrée en production en 1980, la sixième en 1985. Elle est accompagnée d'une ferme aquacole qui produit 1 500 t de bars et 1 000 t de daurades par an, par les sociétés Écloserie marine (25 sal.) et Aquanord (80 sal.). La centrale est flanquée à l'est par la zone industrialo-portuaire des Huttes, qui donne sur le bassin de l'Atlantique du port autonome de Dunkerque.

La N 1 contourne Gravelines par le sud, après l'avoir traversée. La ville est dotée d'un collège public et un collège privé, d'un institut médico-éducatif (55 places), de maisons de retraite. La centrale EdF emploie 1 700 salariés. Les autres établissements sont diversifiés. Dans la métallerie-mécanique apparaissent l'usine Tarlin du groupe ADF (Ateliers de Fos, 500 sal.), les ateliers de mécanique CMI Maintenance (160 sal.), Endel (95 sal.), Hertel (levage et montage, 80 sal.), métalleries Di Sante (45 sal.) et CIVE (30 sal.), le traitement de surfaces Eupec (120 sal., groupe indonésien d’origine coréenne Korindo); mais la fabrique de boîtes de boisson Rexam (britannique, 150 sal. en 2005) a fermé en 2009, ainsi d'ailleurs que la cartonnerie Socar (Smurfit, 70 sal.).

Dans d’autres domaines se signalent les produits pharmaceutiques Ajinomoto (110 sal., japonais), les pesticides BASF (120 sal., allemand), les silicomanganèses Comilog (60 sal., groupe Eramet), les supports magnétiques et optiques Cubit (30 sal.), une chocolaterie Delfi Nord Cacao (40 sal., groupe britannique Armajaro) ; analyses et essais Petroservices (45 sal.), réparations électriques Tema (35 sal.); constructions Travaux du Littoral (60 sal.) et Delassus (30 sal.), installations électriques Clauser (30 sal.), espaces verts SEVE (30 sal.); Intermarché (25 sal.), assainissement Amalis (30 sal.); transports de voyageurs Cariane (Keolis, 65 sal.). Un projet d'usine de bioéthanol (Ethanord) devant traiter 350 000 tonnes de blé par an est envisagé.

Le canton a 24 200 hab., 5 communes, 7 732 ha. Grand-Fort-Philippe et Loon-Plage sont les plus peuplées. Saint-Georges-sur-l'Aa (320 Saint-Georgeois, 813 ha) est à 3 km au sud-est de Gravelines et a une église du 13e s. à grosse tour carrée; son finage est écorné au sud-ouest par l'A 16 (aire de repos). La mention «sur l'Aa» a été ajoutée en 1933; la commune a eu 400 hab. en 1868, 210 au minimum de 1982, et reprend quelques habitants depuis.

Craywick (620 Craywickois, 773 ha), au sud de Loon-Plage à 10 km ESE de Gravelines, a un finage qui s'étire d'ouest en est entre Schelf Vliet et Wissel Gracht. Un échangeur de l'A 16 a attiré un centre Eurofret; transports et entrepôts Solotra (100 sal.) et DHL-Danzas (70 sal.), mécanique SGM (35 sal.); gardiennage Eamus Cork (45 sal.). Au sud-est au bord du canal de Bourbourg, le hameau de Coppenaxfort est né au 17e s. à l'emplacement d'une ancienne redoute et fut un lieu d'industrie sur le canal; institut médico-éducatif (80 places). La population de Craywick a connu un maximum en 1881-1891 avec 520 hab.; elle est descendue à 340 hab. en 1968 et a un peu repris récemment, gagnant 130 hab. de 1999 à 2010.