Gréoux-les-Bains

1 900 hab. (Gryséliens), 6 946 ha dont 4 400 de bois, commune du département des Alpes-de-Haute-Provence dans le canton de Valensole, 21 km au SO du chef-lieu; à 400 m. La bourgade est à la tête d’une petite plaine où s’élargit la vallée du Verdon après le confluent de la Colostre et au débouché du ravin de Laval. Le vieux village s’étage en adret sous les ruines de l’ancien château des templiers (13e au 15e s.) qui couronne la colline; il a des restes de remparts du 13e s. et du 16e s., ruelles et passages couverts. La population communale, d’environ 1 400 hab. dans la première moitié du 19e s., était descendue à 830 à son minimum de 1926; elle a augmenté régulièrement ensuite et a fait un bond de 540 hab. entre 1999 et 2006 (+28%), élevant le nombre d’habitants à plus de 2 500. La commune enregistre en outre 2 700 résidences secondaires (1 100 résidences principales).

La station thermale étend au pied ses parcs arborés; elle propose des eaux sulfurées à 26 000 curistes (510 000 nuitées), soit bien plus que Digne-les-Bains. L’établissement appartient à la Chaîne thermale du Soleil et occupe 260 salariés; Grand Casino (35 sal.) du groupe Partouche et Grysélienne d’Hôtellerie (20 sal.), un village de vacances. Gréoux est «station verte de vacances» et offre aussi un centre de loisirs, ainsi que plusieurs musées: provençal (La maison de Pauline), miniatures, poupées et jouets (le Petit monde d’Émilie), santons (Crèche de Haute-Provence), vitrail et mosaïque.

Aux alentours du village, le grand château Laval (19e s.), au nord, sert d’hôtellerie et de lieu de rencontres et séminaires. La chapelle des Œufs, au sud, est liée à une ancienne superstition de fécondité. Le finage atteint à l’ouest le cours de la Durance; sur le talus et dans la plaine, le château de Rousset est à la tête d’un domaine viticole de l’aoc pierrevert; hameau de Pontoise, parc animalier domestique à la limite de la commune de Vinon. La mention «les Bains» est de 1923.