Hœnheim

10 700 hab., 342 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Bischheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, 5 km au nord de la métropole. Sa fonction est surtout résidentielle. Sa population a beaucoup augmenté avant de se stabiliser récemment: 3 000 hab. en 1930, 3 800 en 1962, 8 600 en 1975, les 10 000 étant déjà atteints en 1982. Le tramway de Strasbourg (ligne B) parvient à Hoenheim, qui est en partie dans la «zone urbaine sensible» du Grand Ried. Le maire est Vincent Debes (UMP).

Le dessin du ban communal est très étiré d’ouest en est et coupe en deux celui de Bischheim, qui est à la fois au sud-ouest et à l’est. Côté ouest, il dépasse la gare de triage d’Hausbergen et le faisceau routier du nord de Strasbourg, près duquel se tient le lotissement des Fontaines. Au centre, il est traversé par la voie ferrée de Lauterbourg, dont il a une part des ateliers. Vers l’est, il n’atteint pas le cours de l’Ill mais glisse une queue le long de la D 486 entre le ban de Souffelweyersheim et l’enclave de Bisheim, en partageant avec celle-ci un parc d’acitivités.

L’Émaillerie alsacienne, qui avait fait la notoriété de la commune par ses plaques, a disparu mais conserve un atelier à Duttlenheim (30 sal.); dans la commune, les principales entreprises sont deux grands garages (65 et 50 sal.), le Génie climatique de l’Est (installations, 160 sal.), les installations thermiques Stihle (25 sal.), les équipements électriques Bild-Scheer (50 sal.) et les réseaux Roessel (50 sal.), HN Ingénierie (25 sal.), les constructions Gallodana (35 sal.); entretien d’ascenseurs Thyssenkrupp (30 sal.), location de voitures Locamion (35 sal.), de matériel de bureau Pitney Bowes (25 sal.), négoce de produits d’entretien Solastra (25 sal.); gardiennages Group4 Securicor (1050 sal.) et MC Sécurité (20 sal.), nettoyages GS Net (35 sal.), Alsace Intervention (30 sal.); Crédit Mutuel (20 sal.); un supermarché U (120 sal.).