Istres

40 300 hab. (Istréens) dont 1 500 à part, 11 373 ha, sous-préfecture des Bouches-du-Rhône. La ville est sur le rivage occidental de l'étang de Berre. Son noyau ancien, très serré, dessine un ovale compact, entouré d'un boulevard circulaire en partie ombragé et d'une couronne d'habitat ancien; le reste se disperse en lotissements souvent massifs, alternant avec les emprises militaires, industrielles ou sportives. L'oppidum du Castellan est juste au nord du centre; de l'autre côté, il avance dans le vaste étang de l'Olivier, de forme également ovale et de 220 ha; la gare est à l'ouest du centre. Istres est une ville fleurie (4 fleurs), qui met en valeur sa porte d'Arles (18e s.) et un musée archéologique riche de nombreuses amphores; jardin méditerranéen. Elle offre un port de plaisance de 250 places et un parc aquatique, des arènes de 2001 dotées de 2 700 places, un petit port de pêche; théâtre et maison de la Danse; festival hivernal des arts et du geste.

Vers le sud, le hameau de Varage se tient en annexe au bord de l'étang de Berre; mais le finage d'Istres s'étend surtout dans la Crau à l'ouest et au nord de la ville. Il est traversé par le canal de Craponne et canaux Jumeaux, par le canal d'Istres dérivé du canal des Alpilles, et par le canal de Martigues. Au nord-ouest de la commune, le lac d'Entressen est bordé par la tour d'Entressen (14e s.) et le château de Suffren; il a attiré l'urbanisation d'Entressen; mais l'énorme décharge de Marseille, dite d'Entressen, est de l'autre côté, juste au-dehors des limites, dans la commune de Saint-Martin-de-Crau. Dans les collines de Sulauze au nord de la ville, un domaine de 650 ha associe vignes et élevage de taureaux de combat; non loin, l'abri sous roche préhistorique de Cornille a livré des restes vieux de 10 000 ans.

Ce vaste territoire accueille l'aérodrome militaire et la base aérienne (BA 125) d'Istres-le Tubé, ainsi qu'un autodrome. La base, qui occupe plus de 2 000 ha, emploie et loge 2 500 salariés, et 2 400 enfants y habitent. Elle est issue d'une école d'aviation de 1917, et dotée d'une piste de 3 700 m qui serait la plus longue d'Europe; elle comprend des groupes de chasse et de ravitaillement en vol, d'hélicoptères et de défense sol-air; elle inclut le Centre d'exprimentation pratique de l'Aéronavale, un centre d'essais en vol avec les équipes des firmes Dassault, Safran et Thalès, ainsi que le 25e RGA (régiment du génie de l'Air, 900 personnes). Elle propose aussi un musée de l'air depuis 2004.

La ville dispose de quatre collèges et deux lycées publics dont un professionnel, d'un hôpital privé (220 et 190 sal.) et d'une clinique (170 sal.); institut médico-éducatif, 2 centres d'aide par le travail. Les principales entreprises sont du domaine aéronautique: Dassault Aviation (740 sal.), moteurs Snecma (groupe Safran, 95 sal.). Istres accueille aussi un Géant Casino (235 sal.) et un centre Leclerc (160 sal.), les travaux publics TPP (160 sal.), les constructions MCB (55 sal.) et le traitement des eaux Seerc (65 sal.); transports Somedat (90 sal.) et Autocars de Provence (Cap, 45 sal.). Le Football Club figure au deuxième niveau des clubs de l'élite professionnelle et emploie 40 salariés. La commune a aussi 50 ha de vignes, un centre de vacances.

Istres est restée autour de 3 500 hab. dans la plus grande partie du 19e s. puis sa population a crû après 1918, passant à 7 000 hab. en 1931, 13 400 en 1968, 28 600 en 1982; le mouvement se poursuit, à un rythme plus modéré. L'estimation pour 2005 est de 41 200 hab. (sdc). La municipalité est traditionnellement de gauche; le maire est François Bernardini (socialiste). La commune s'est constituée en syndicat d'agglomération nouvelle Ouest-Provence avec Miramas, Fos et trois voisines: au total 6 communes, 88 500 hab. L'arrondissement a 292 700 hab., 8 cantons, 18 communes, 59 927 ha. Les 2 cantons ont 80 900 hab., 4 communes, 25 280 ha dont 1 152 de bois et incluent les communes de Miramas, Fos-sur-Mer et Saint-Mitre-les-Remparts. L'Insee limite l'unité urbaine et même l'aire urbaine à la commune…