Lançon-Provence

6 800 hab. (Lançonnais), 6 892 ha, commune des Bouches-du-Rhône dans le canton de Pélissanne, à 7 km SSO du chef-lieu et 8 km SSE de Salon-de-Provence. Le nom de Lançon a été complété en 1919. La commune avait alors moins de 1 000 hab. (moitié moins que vers 1830, mais sa population augmente depuis 1950: elle a atteint 2 000 hab. en 1968, 4 000 en 1982, et s’est encore accrue d’un milier d’habitants entre 1999 et 2007 où elle atteint 7 700 hab. sdc. Le bourg est au bord du Touloubre et du canal d’amenée d’EdF-Berre; il conserve des restes du château des Baux, quelques hôtels bourgeois, une maison des templiers, la chapelle Saint-Cyr; magasin d’électroménager de la chaîne Boulanger (90 sal.).

La commune s’étend surtout sur les garrigues du plateau calcaire mais déborde tout au sud sur la plaine du delta de l’Arc, où elle touche presque à la rive de l’étang de Berre. La limite nord suit la Via Aurélia. Son finage est traversé par la N 113 et l’A 7, qui y a une grande gare de péage et une aire de service avec restauration HRC (la Porte de Provence, 150 sal.) et une base d’autoroutes ASF (120 sal.). Il inclut à l’ouest un terrain de manœuvre militaire. Au sud, le domaine du château de Calissane (19e s., avec un beau parc) contient l’oppidum de Constantine; château de Sibourg à l’est. Les vignerons cultivent 497 ha de vignes et disposent d’une cave coopérative.