Liepvre

1 800 hab. (Liepvrois), 1 255 ha dont 537 de bois, commune du Haut-Rhin dans le canton de Sainte-Marie-aux-Mines, 9 km en aval du chef-lieu, dans la vallée de la Liepvrette juste à la limite du Bas-Rhin. Elle est incluse dans le Parc régional des Ballons et s’étend sur les deux versants de la vallée; le nom allemand fut Leberau, dérivé de celui de la rivière (Leber). La population atteignait 2 800 hab. en 1876 et a diminué jusque dans les années 1970 (1 500 hab.), avant de se redresser très légèrement.

Le village st au confluent de la Liepvrette et du Rombach, affluent de gauche, et d’un vallon venant aussi du nord. Il est dominé par le Chalmont, aux rochers ruiniformes (702 m). Vers l’aval, le finage dessine une pointe le long de la vallée, englobant le hameau et le site industriel de Bois-l’Abbesse. En amont, le hameau de Musloch est au bord de la vallée, au débouché d’un autre vallon qui fut un site minier. Côté sud, se dispersent quelques fermes et petits hameaux comme Frarupt. Le finage s’avance en pointe au sud-ouest, par la croupe du Spiemont, sur le massif du Taennchel jusqu’à 932 m au Ramelstein.

À Liepvre travaillent une grosse fabrique de meubles de cuisines et salles de bains Schmidt (Alsacienne du Meuble Salm, 590 sal.), et une usine de couches et produits d’hygiène en cellulose (groupe allemand P. Hartmann, 360 sal.), renforcée en 2004 par le transfert de l’usine de Sainte-Marie-aux-Mines; tournerie de bois Burger (110 sal.), salaisons du Val d’Argent (50 sal.). La fabrique de savons cosmétiques liquides néerlandaise Budelpack, venue du groupe allemand Henkel (110 sal.), a été fermée en 2009. L’ancienne voie ferrée de Sélestat à Saint-Dié par le tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines est désaffectée, à l’exception du fret entre Sélestat et l’usine Hartmann de Bois-l’Abbesse; une liaison par autocars passe par le tunnel.