Longvic

9 600 hab. (Longviciens) dont 180 à part, 1 056 ha, commune de la Côte-d’Or dans le canton de Chenôve, formant la banlieue SE de Dijon, en bordure du canal de Bourgogne. Elle est traversée par l’Ouche et par le canal de Bourgogne qui la longe, ainsi que par la rocade Pompidou dans l’autre sens, et marquée à la fois par la proximité de la gare de triage et de l’aérodrome de Dijon, qui pourtant sont en dehors de son territoire au sens strict; la première est dans la commune de Dijon, le second principalement dans la commune d’Ouges. Au nord, la commune frôle le parc dijonnais de la Colombière et y a placé tout un complexe de sports; au sud elle atteint le château et le fort de Beauregard; à l’est, elle est bordée par le cours du Sauzon. La croissance de la commune a commencé dans les années 1930; elle avait 520 hab. en 1901, 2 600 en 1954, 7 500 (sdc) en 1975. Elle a gagné 300 hab. entre 1999 et 2008. Le quartier du Bief du Moulin est classé en «zone urbaine sensible».

La ville, fleurie (trois fleurs) et dotée d’un collège public, est surtout industrielle. Entre canal et voies ferrées et près d’un échangeur autoroutier, une grande zone industrielle s’est étalée, mais avec des réussites inégales. Là s’étaient installés notamment en 1992-1993 Philips (lampes d’éclairage), toujours en activité mais seulement pour le conditionnement et la logistique et tombé à 35 sal.; Hoover (électroménager, 600 sal. à son mieux) qui a très vite fermé et dont le site reste vacant mais dont des locaux ont été repris, par exemple pour le négoce de denrées agricoles et la fabrication de bouchons de plastique (Bericap ex-Rical, 180 sal.); TRW, à l’états-unien Blackstone, qui fabrique des valves pour l’équipement automobile, gros fournisseur de Peugeot, et qui se maintient avec des effectifs en baisse (170 sal.).

Toutefois Longvic a en partie renouvelé ses activités avec les gaines électriques Schneider Electric (ex-La Télémécanique, 210 sal.), les pompes Sundstrand (260 sal.) et les pompes et valves Suntec (140 sal.); les climatiseurs et nettoyeurs Lennox (LGL, 180 sal.); deux cartonneries des Papeteries de Dijon (au groupe suédois Tetra Laval, 360 sal., emballages alimentaires) et Smurfit-Kappa, 190 sal., irlandais); et de moindres entreprises: tubes d'acier Ceole (50 sal.), machines-outils Guillemin (30 sal.), carrosserie SD (40 sal.), traitements de surfaces Acrodur (35 sal.), matériels électriques CFCA (35 sal.); produits chimiques Hygiène et Nature (pesticides, 50 sal.); menuiseries C2P (35 sal.) et Virelec (30 sal.); boulangerie Cypres (50 sal.) et meunerie Dijon Céréales (30 sal.).

Si le commerce est peu représenté (un Intermarché, 45 sal.), Longvic a aussi un contingent d’entreprises de services et négoces de banlieue d’où émergent notamment la maintenance et réparation électronique CEAT (520 sal.) et la coopérative Dijon Céréales (300); ingénieries Organet (250 sal.) et Simelectro (65 sal.), services informatiques du groupe des Banques populaires (190 sal.), informatique Atol (45 sal.), conseil JPAD (40 sal.); installations électriques Forclum (80 sal.) et thermiques Cofely (GDF-Suez, 90 sal.) et Mouillot (60 sal.), constructions Curot (65 sal.), couverture Les Charpentiers de Bourgogne (50 sal.), travaux publics Eiffage (130 sal.), Colas (130 sal.) et Eurovia (90 sal.), traitement des eaux Sarp (30 sal.).

Longvic accueille aussi le nettoyage Net Express (250 sal.), les blanchisseries RLD (130 sal.) et Initial BTB (80 sal.); négoces de quincaillerie Durupt (60 sal.), de matériel industriel Virly (55 sal.), de métaux KDI (Longométal, 60 sal.); conditionnement BAC (35 sal.), transports Kuehne Nagel (70 sal.), Ziegler (70 sal.), Schenker-Joyau (60 sal.), Barbe (60 sal.), Dijon Céréales (40 sal.), Gefco (35 sal.), Ducros (30 sal.), Mazet (30 sal.), ambulances Derossi (50 sal.) et la Parisienne (40 sal.); ordures IF 17 (110 sal.), publicité Mediapost (130 sal.).