Loos-en-Gohelle

6 900 hab. (Loosois), 1 270 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Lens-NO, juste au nord-ouest de Lens, au nord de l’A 21. Détruite en 1914-1918, la ville fut un grand centre d’extraction minière avec la fosse 5 de la Compagnie de Béthune (Grenay) ouverte en 1873 et arrêtée en 1968 après avoir extrait 24,7 Mt et obtenu plusieurs prix de productivité, et les fosses de la Compagnie des mines de Lens n°11 (1894-1986), 12 (1894-1970), 14 bis (1905-1956), 15 et 15 bis (1907-1959), 16 (1912-1958) et le très moderne 19 (1960-1986), qui pouvait produire près de 8 000 t/jour; associé à la 11 et servant de point de concentration, il occupait 5 600 personnes au fond et plus de 500 au jour en 1973.

La «base 11/19» est devenue un site de mémoire, de culture (Chaîne des Terrils et scène nationale Culture Commune) et de tourisme, conservant la tour en béton de 66 m du puits 19, protégée ainsi que le chevalement du 11, au pied des deux plus hauts terrils d’Europe (182 et 184 m). La ville abrite aussi un musée Alexandre Villedieu (mémoire de la Grande Guerre) et un collège public; gestion immobilière Soginorpa (170 sal.), imprimerie SEP (30 sal.), nettoyages Agenor (100 sal.) et Clean Service (30 sal.); un Intermarché (50 sal.), négoce de produits pour restaurants Ryal (30 sal.). La mention «en Gohelle» est de 1937. Loos était un petit village de 800 hab. dans la première moitié du 19e s., entré en croissance à partir de 1865 et monté à 4 700 hab. en 1911; sa population a culminé à 7 900 hab. en 1962 et a baissé ensuite jusqu’en 1990 (7 000 hab.), puis a légèrement oscillé.