Malesherbes

6 100 hab. (Malesherbois), 1 761 ha dont 469 de bois, chef-lieu de canton du Loiret dans l'arrondissement de Pithiviers, 18 km au NE de celle-ci sur la rive gauche de l'Essonne, à la limite de l'Île-de-France. Ancien siège d'une seigneurie de premier plan, la ville conserve un gros château du 18e s. avec tours des 14e-15e s. Malesherbes a un collège public, une maison de retraite; elle a équipé une base de loisirs ornée de rochers de grès; beau jardin du Noyer en centre-ville. La ville est un carrefour ferroviaire et se trouve déjà dans l'aire de l'agglomération parisienne.

C'est ce qui justifie son rôle dans l'édition: elle héberge la très grosse imprimerie Maury (640 et 370 emplois, apparue en 1972), l'entreprise de reliure Brun (190 sal., depuis 1966, groupe Partenaires), et le grand centre de stockage, distribution de livres et auto-édition, naguère à Havas, puis Interforum (520 sal.), filiale d'Editis du groupe Vivendi, qui traite plus de 100 millions de livres par an.

Toute une série d'entreprises de transport forment un deuxième pôle d'activité, dont Bellmas (170 sal., groupe Dentressangle), Sabatte (75 sal.), Dauvilliers (35 sal.), Les Cars Bleus (40 sal.); conseil en gestion Alma (40 sal.), négoce de textiles FDG (50 sal.); supermarchés Carrefour (50 sal.) et Intermarché (30 sal.). Malesherbes dispose encore d'un large éventail d'ateliers, mais d'assez petite taille à part les machines-outils Dubus (110 sal.): chaudronneries Crohin (50 sal.) et Moulet (45 sal.), mécanique Srta (45 sal.), mortiers (Parexlanko du groupe Lafarge, 50 sal.), emballages plastiques (PDG, 50 sal.) et pièces plastiques Sami (30 sal.), charcuterie Jannaire (35 sal.), minoterie Matignon (20 sal.); négoce de textiles FDG Paris-Sud (45 sal.), travail intérimaire Adecco (85 sal.).

La commune avait 2 200 hab. en 1900, et guère plus de 1930 à 1962 (2 400 hab.), puis a entamé une croissance soutenue, passant les 5 000 hab. en 1982; mais elle n'a guère augmenté de 1999 à 2007. La ville est le siège de la communauté de communes du Malesherbois, qui associe 7 communes et 7 700 hab.

Le canton a 11 500 hab., guère plus qu'en 1999 (11 200), 17 communes et 21 030 ha dont 1 006 de bois; il s'étend en Beauce, à l'ouest de la ville, le long du département de l'Essonne; il conserve les obélisques astronomiques de la méridienne de Paris de 1748, devenus monuments classés, à Manchecourt (600 hab., 1 623 ha) et Orveau-Bellesauve (380 Orvallois, 1 580 ha), qui se nommait Orveau jusqu'en 1933; Manchecourt a également quelques entreprises, et un nouvel atelier de l'imprimerie Maury.

Au SO, 8 km au nord de Pithiviers, Engenville (470 hab., 1 810 ha) a une fabrique de bétons (Strudal, 80 sal.) et un nouveau silo de 60 000 t (Union SDA), plus une fabrique d'aliments du bétail sur pulpes de betterave (Sidesup, 25 sal.). Au NO, Sermaises (1 600 Sarmates, 2 125 ha), 16 km à l'ouest de Malesherbes, a une église classée du 13e s. et des fabriques de pièces pour automobiles Thyssenkrupp-Sofedit (430 sal.), et huiles de démoulage Chryso, aux ciments Lafarge (210 sal.), plus l'entrepôt des éditions Gründ (Union Diffusion, 100 sal.), mais a perdu en 2009 la fabrique de meubles de magasin Alser du groupe Epta.

La commune avait 900 hab. en 1936 et sa population a augmenté jusqu'en 1990 et reste au même niveau depuis; elle est le siège de la communauté de communes du Plateau Beauceron, qui associe 10 communes et 4 200 hab. Thignonville (330 hab., 916 ha), 3 km au SO de Sermaises, a une fabrique de charpentes (Magri, 100 sal.).