Marck

9 700 hab. (Marckois) dont 130 à part, 3 155 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Calais-Est, 6 km à l'est de Calais. Le finage, de grande taille pour la région, s'étend sur plus de 8 km du nord au sud et, au nord, inclut 4 km de plages; derrière les dunes s'étire le hameau des Hemmes de Marck, au nord-est du finage. Un peu plus au sud a été aménagé l'aérodrome de Calais-Dunkerque, doté d'une piste souple de 1 500 m et d'une piste gazonnée de 1 050 m et utilisé par l'aéroclub de Calais-Marck et celui de la Côte d'Opale. Son origine remonte à 1902 et il servit de base aux tentatives de traversée de la Manche, dont la première réussite fut celle de Louis Blériot le 25 juillet 1909, mais à partir des Baraques de Sangatte; aussi porte-t-il le nom de l'aviateur. Passé ensuite aérodrome militaire, il fut réaménagé pour l'activité civile en 1954; il sert en partie à l'aviation d'affaires et enregistre 18 000 mouvements par an, mais seulement quelques dizaines à titre commercial.

Au centre, la commune est traversée par le canal de Marck, la N 1, l'A 16 et la voie ferrée de Calais à Dunkerque. La commune a une station de pompage des Wateringues, dite Canal de Marck (3,3 m3/s ). Au sud, la plaine maritime est drainée par le wateringue des Cappes. La ville a un collège public, une maison de retraite, mais peu d’entreprises : textile Riechers Marecot (30 sal.); supermarché Carrefour (30 sal.), aménagements paysagers SAEE (50 sal.), travaux ferroviaires ETF (50 sal.); transports Dentressangle (175 sal.). L’église de Marck, qui date de 1961 et a de beaux vitraux modernes, a été inscrite en 2002. Marck avait 3 000 hab. au début du 19e s., puis la commune des Attaques en a été détachée en 1835 avec 1 200 hab. Marck n’a retrouvé 3 000 hab. qu’en 1910 et n’est passée qu’à 3 700 en 1954 ; sa principale croissance est postérieure, elle se prolonge, la commune ayant gagné 640 hab. de 1999 à 2010