Marnes-la-Coquette

1 700 hab. (Marnois), 348 ha dont 158 de bois, commune des Hauts-de-Seine dans l'arrondissement de Boulogne-Billancourt, 7 km à l'ouest de celle-ci dans le canton de Chaville. La qualification de «la Coquette» lui a été attribuée en 1859 par l'empereur, qui avait acheté le domaine de Villeneuve dans la partie nord de son territoire. C'est la commune la moins peuplée du département, la seule à ne pas atteindre 2 000 habitants et l'une des rares à ne pas être chef-lieu de canton — avec ses voisines Vaucresson et Ville-d'Avray. Elle le doit à ce que son territoire, situé sur le plateau à l'est de Versailles, vers 170 m, est resté largement boisé au sein de la forêt de Saint-Cloud.

Il est aussi très divisé. À l'est, le centre villageois, avec l'école et la mairie, éparpille ses maisons un peu au-dessus de Ville-d'Avray. Au sud s'étend le bois des Fausses Reposes, où court la route sinueuse de l'Impératrice, que croise la route Royale nord-sud.

La partie occidentale est occupée par la clairière des haras de Jardy et son parc départemental de 76 ha; mais le golf et les principaux terrains de sport, de l'autre côté de la D 182 (boulevard de Jardy), sont dans la commune de Vaucresson. L'A 13, longée par la voie ferrée, traverse la commune et la forêt du côté nord. Au-delà, en contrebas du plateau vers 130 m, l'angle nord-ouest de la commune, correspondant au domaine de la Marche, est habité au voisinage de Vaucresson. À l'est de l'étang de Villeneuve s'étend l'ancien domaine de Villeneuve, attribué à l'Institut Pasteur; il se termine en pointe à l'angle nord-est de la commune, où est la gare Sncf de Garches-Marnes-la-Coquette. Louis Pasteur avait pu s'y installer après 1878, le domaine étant devenu public; l'Institut a été inauguré en 1888.

La commune n'a que peu d'entreprises, hors de l'états-unienne BioRad (médicaments, 500-1 000 sal.) établie sur l'ancien site de Sanofi-Institut Pasteur, et un centre d'aide par le travail. Un musée des applications et recherches de l'institut Pasteur est aménagé dans l'ancien pavillon des Cent Gardes, construit sous le Troisième Empire, mais actuellement fermé; un mémorial de l'escadrille aérienne Lafayette est dans le parc du domaine de Villeneuve. La commune serait celle de France où le revenu moyen des ménages est le plus élevé, ce qu'elle doit évidemment en partie à sa faible urbanisation. Elle a eu 300 hab. en 1861, 450 en 1900, 960 en 1931; elle a atteint les 1 700 hab. en 1962 et reste à ce niveau depuis. Le maire est Christine Barody-Weiss, divers droite, et conseillère générale du canton de Chaville (groupe UMP).