Maroilles

1 500 hab. (Maroillais), 2 213 ha, commune du département du Nord dans le canton de Landrecies, à 5 km ENE du chef-lieu. Le village est au bord de la Petite Helpe. Son finage inclut son confluent avec la Sambre, dont la plaine humide s’étale dans le nord de la commune. Maroilles conserve quelques vestiges de l’ancienne abbaye bénédictine du 7e s., un arc de triomphe de 1807, un pigeonnier du 18e s., un kiosque à concerts. Elle bénéficie du site aquatique du moulin des Prés sur l’Helpe, et du jardin de Sylvie Fontaine. La commune a eu plus de 2 200 hab. au début du 19e s. et s’est dépeuplée jusqu’en 1999 avant de regagner une soixantaine d’habitants (2010).

Ce «village de charme» est surtout célèbre pour son fromage, qui est réputé issu des origines de l’abbaye et qui bénéficie d’une appellation contrôlée (aoc) depuis 1955, modifiée en 1986. C’est un fromage de lait de vache à pâte molle lavée à l’eau salée éventuellement additionnée de bière, à pâte onctueuse et croûte rougie par la Bacteria linens ; il est présenté sous la forme d’un pavé de 700 g, 13 cm de côté et 6 cm d’épaisseur, souvent assez odorant; d’autres formes prennent des noms différents.

La production est d’environ 2 000 t/an, assurée par une dizaine de producteurs fermiers et trois fromageries. L’aire s’est beaucoup étendue, portant sur 210 000 ha du Nord et de l’Aisne (v. l’article de Claire Delfosse sur l’aoc dans http://ruralia.revues.org/document1033.html). Maroilles n’a cependant pas d’entreprise notable dans ce domaine, son principal établissement étant une fabrique de plats préparés (Defroidmont, 40 sal.). La communauté de communes du pays de Mormal et Maroilles est un groupement intercommunal du département du Nord qui réunit 10 communes, 9 900 hab. et siège à Landrecies.